Comment ça marche ?


Allons... Soyez sérieux... Nous n'allons tout de même pas vous révéler le secret de la machine à remonter dans le temps. Le risque est trop grand. Quelle garantie avons-nous que vous en feriez bon usage? Hmmm?

Par contre, nous répondrons ici à une question très importante: qu'arrive-t-il lorsque vous écrivez à l'une ou l'autre de nos personnalités? Car au moment de votre première visite, souvent vous avez le réflexe internettement biaisé de croire que votre question sera cueillie et traitée en temps réel. Vous postez votre message et deux minutes plus tard vous ragez de voir que votre question n'apparaît pas dans la zone de la personnalité à qui vous l'avez adressée. Vous vous dites que ça ne marche pas ce truc. Qu'il y a un bogue. Et que c'est triste à faire pleurer un lampadaire. Et que ça tombe encore sur vous.

Eh bien non. Ça ne marche pas comme ça. Votre question est cueillie par ce qu'on appelle un humain. Une sorte de pâte formée de chair, d'os et d'autres matières plus sulfureuses. Avant d'être publiée sur notre site, votre question sera relue et au besoin corrigée. Ce qui prend parfois quelques jours. Nous tentons de faire en sorte que la langue soit chez Dialogus de qualité respectable. Pas impeccable: respectable. C'est très différent. Ceci dit, jamais nous n'en modifions le contenu.

La réponse de notre personnalité tarde à vous parvenir? N'en faites pas un drame. Quand on attend une lettre de Robespierre mise à la poste vers les 1794, on ne s'offusque pas de devoir attendre quelques semaines. Considérez je vous prie les choses dans leur contexte...


 

Et César parle français ?

Plusieurs de nos correspondants se posent ou alors posent à nos personnalités certaines questions récurrentes qu'on pourrait classer en trois groupes : la langue, le médium, et le temps. Voici une petite FAQ qui vous sera bien utile si vous avez des questions sur le fonctionnement de Dialogus.

La langue

- Enfin, quelle joie! Moi, humble mortel de Saint-Véreux-les-Bains, je peux m'adresser personnellement à nul autre que Jules César? Euh... c'est bien ce que vous tentez de me faire croire ?

- Absolument, écrivez-lui un message, il vous répondra.

- Attendez, y a un os là. Au Lycée, j'étais beaucoup plus attiré(e) par les filles (les garçons), que par les cours de latin. Adieu César et mes questions sur la guerre des Gaules; car enfin, comment puis-je écrire à Jules César autrement qu'en latin?

- Très simplement, écrivez-lui en français.

-Voilà exactement ce que je craignais. C'est donc une arnaque votre truc. Votre page d'accueil fait très BCBG, et on est même porté à y croire. Oui... elle est accrocheuse votre page d'accueil, je dois vous le rendre. Mais là, je vous pose une question sérieuse et je vous prends au premier argument. Vous voulez me faire croire que César lit le français? C'est bien ça? Allons donc! Et Socrate alors?

- Socrate aussi.

- J'ai assez perdu de temps j'crois; y a un petit bouton, tout en haut, à droite, avec un gros X très tentant. J'ai bien envie d'appuyer dessus et de vous oublier, mais tiens, puisque nous sommes dans l'absurde, car c'est de cela qu'il s'agit non? je suis fort tenté de vous demander dans quelle langue vais-je recevoir la réponse de César, ou de Socrate si ça se trouve, s'il me prenait l'envie de leur écrire?

- En français, voyons! Quelle langue parlez-vous?

- Bon, je vous donne une chance là, une dernière, ne la loupez pas. Je sais que vous ne prenez pas pour un imbécile, et que de votre côté vous semblez croire à votre truc. Aussi, si vous devez m'expliquer comment ça marche l'histoire de la langue, c'est maintenant qu'il faut le faire.

- C'est à la fois très simple et très compliqué. Sur un point, vous avez raison; César ne lit ni n'écrit le français, une langue qui n'existait même pas à son époque...

- Vous voyez, c'est ce que je me tue à...

- ... ne m'interrompez pas. Le secret derrière Dialogus c'est que Dialogus ne permet pas simplement le transport de messages entre le présent et le passé, mais assure également une traduction du texte.

- ...

- Ça vous en bouche un coin hein? Mais c'est bien ce qui se passe. Vous écrivez un message, vous l'expédiez à César, et ce dernier le reçoit rédigé en latin. Il répond en latin, l'envoie, et vous recevez la réponse en français. Voyez vous-même en bas de cette page un exemple typique tiré des échanges de César.

- ...

- Ne tombez pas en catalepsie. Nous n'allons sûrement pas vous dire comment nous nous y prenons, mais nos personnalités communiquent avec nous dans leur langue. C'est d'ailleurs normal, le contraire serait surprenant. Comme vous le dites, Socrate ne parle pas français. Si Socrate écrit des injures en grec ancien, elles seront représentées en français par le terme le plus proche du sens original.

- Et si je fais des fôtes?

- Les messages ne sont jamais transmis directement à nos personnalités. Nous avons une équipe de correcteurs, qui, comme les lutins du Père Noël, s'affairent 24 heures par jour à corriger les messages entrants et sortants.

- C'est de l'exploitation. J'espère simplement que vous leur offrez une bonne convention. En tout cas, d'accord, admettons que les textes partent et reviennent en français, en transitant par la langue d'origine de la personnalité.

- C'est pourtant bien de cette façon que ça se passe. Vous pouvez donc éviter de toujours demander à nos personnalités où elles ont appris le français, ou encore de vous excuser pour vos fautes d'orthographe.

Le médium

- Y a un truc qui me taraude pourtant, et là, c'est du solide. À supposer que j'accepte votre baratin sur la langue de correspondance, ce qui n'est pas peu de choses, vous n'allez pas me dire que César recevra ma question sur un écran LCD 19" avec connexion ADSL?

- Bien sûr que non, voyons. 

- Mais alors, comment la reçoit-il, au fait?

- Toutes nos personnalités reçoivent leur correspondance de Dialogus sur un médium propre à leur époque. Aucun moyen technologique de notre époque n'est transposé à la leur.

- Vous voulez dire que César recevra ma question sur une tablette en marbre gravée?

- Si c'était le moyen de transmettre la correspondance à l'époque, c'est bien ainsi qu'il la recevra. Ceci dit, il n'y a peut être que dans les Astérix que les Romains écrivent sur des tablettes en marbre.

- Ok, vous savez que vous sollicitez énormément ma crédulité aujourd'hui, et je vais encore vous donner le bénéfice du doute. Allons-y donc de la grande question, alors. Cette soi-disant tablette de marbre, comment la recevra-t-il? Je veux dire, elle ne lui tombera tout de même pas sur la tête!

- Presque. Cela fait aussi partie du secret de Dialogus. Nos personnalités reçoivent toutes leur correspondance sur un médium qui leur est familier et différent pour chacune. Einstein nous affirme voir jaillir les lettres devant lui à partir d'un vortex qu'il arrive même à voir. Lucy reçoit le tout sous forme d'idées qui lui jaillissent dans la tête. Une autre de nos personnalités, un auteur célèbre, nous a mentionné trouver les lettres de Dialogus sur le coin de sa table de travail. 

- C'est du délire total!

- Pas du tout. Suite à un rêve, un fantasme, ou appelez ça comme vous voulez, toutes nos personnalités se sont éveillées un bon matin avec la certitude que des gens du futur aimeraient échanger avec elles. Les personnalités que nous retrouvons sur Dialogus sont apparemment celles qui ont accepté que la chose soit possible, sans se poser de questions sur le quoi ou le comment.

- Si j'étais paranoïaque, je jurerais que vous parlez de moi. Bon , c'est un peu tordu, mais disons que l'explication tient la route.

- Avouez que tout ça se tient, en y regardant bien. Vous n'avez donc pas à demander à Lucy sur quoi elle lit les questions qui lui sont adressées, sous prétexte que l'écriture n'était pas encore inventée à son époque.

Le temps

- C'est bien beau tout ça. J'ai un dernier point. Si j'ai bien compris votre page d'accueil, vos personnalités se situent à une période du passé où elles étaient vivantes, c'est bien ça?

- En effet. Chacune de nos personnalités est bien vivante.

- Oui, mais... à supposer qu'une de vos personnalités entretienne sa correspondance avec Dialogus, il doit bien advenir un moment où le jour de sa propre mort arrive, non? Qu'arrive-t-il alors? Avouez que je vous tiens, là!

- Pas du tout. En fait, le temps ne passe pas à la même vitesse pour nous et nos personnalités. Chacune a son propre référentiel.

- Dites, je suis pas un accro de la physique, mais on croirait entendre Einstein là, je me trompe?

- Bien vu, c'est justement lui qui a tenté de nous expliquer ça. Prenez par exemple Villeneuve (le père, pas le fils). Il se situe nettement la veille de sa mort. Il ne le sait pas, mais c'est ainsi. Tant qu'il entretiendra sa correspondance avec Dialogus, ce sera comme si cette journée ne se terminait pas. Ou alors, le lendemain, c'est la même journée qui recommence.

- Bref, c'est comme Le jour de la marmotte ?

- En gros, pour certains en tout cas. Il n'en va pas de même pour toutes nos personnalités, mais on peut affirmer que plusieurs obtiennent un sursis grâce à Dialogus. Vous pourrez ainsi écrire deux lettres à deux mois d'intervalle à Einstein, pour lui, il ne se sera passé que quelques minutes.

Et ça fonctionne

- Je vous remercie pour vos explications un peu tordues, car avouez bien que tout cela demande une bonne dose de naïveté, non?  Je suis plutôt du genre sceptique réaliste.

- Pourtant, Dialogus fonctionne. La preuve en est faite à chaque message qui est échangé. Allez-y, essayez. Écrivez à une de nos personnalités. Elle vous répondra, et, vous verrez, vous serez le premier à écarquiller les yeux en recevant sa réponse.

 

Exemple typique tiré de la correspondance de César.

Sur la page de Jules César, dans le message intitulé Les Belges étaient-ils les plus braves? la réponse originale de César était en latin. La voici textuellement, avant la traduction automatique effectuée par Dialogus:

Caesar Hadriano imperatori s.p.d.
Quid lego? Hadrianus es imperator, nunc inter Belgas uiuens? At ego numquam tali nomine imperatorem noui.
Certe fortissimi inter Gallos sunt Belgae, ut scripsit Caesar ipse. Nam, longinque a prouincia nostra atque ab omnibus rebus quae ad effeminandos animos pertinent uiuunt. Fortissimi nec inuicti sunt: Caesar multis laboribus acerrimisque pugnis Belgas uicit.
Vale
Caius Iulius Imperator



Dialogus