Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Arthénice
écrit à

Charles-Maurice de Talleyrand


Votre famille, et d'autres questions...


   

Monsieur de Talleyrand Périgord,

Je suis fort contente de pouvoir correspondre avec vous, car je souhaiterais vous poser quelques questions...

Tout d'abord, je ne sais quel titre vous donner: dois-je vous appeler Votre Altesse (n'êtes-vous pas prince de Bénévent?), dois-je vous appeler Monseigneur (ne fûtes-vous pas aussi évêque d'Autun?). En attendant d'être éclairée sur le sujet, je me contenterai de vous appeler monsieur de Talleyrand Périgord.

Puis une autre question dont j'espère avoir la réponse: vous étiez, si je ne m'abuse, l'aîné. Cependant, à cause de votre infirmité (due de plus, à un fâcheux incident), vos parents vous ont délaissé. Vous avez dû entrer en religion. Leur en voulez-vous? Et au reste de votre famille? Comment vous entendez-vous avec vos proches ?

Merci de daigner répondre à mes interrogations,

Arthénice


Madame,

Le plaisir de cette correspondance est partagé.

Je constate que vous êtes bien informée sur mon enfance. Toutefois, ce n’est point à la suite de l’incident qui me laissa avec un pied bot que mes parents me délaissèrent. Je ne pus jamais qualifier ma demeure de familiale: comme dans la plupart des familles de l’aristocratie, Madame, mon père fut absent de corps tandis que ma mère le fut de cœur. Ni moi, ni mes frères ne reçûmes jamais de sa part quelque tendresse. Mais ne vous méprenez pas, Madame, je ne me lamente pas sur mon sort car j’eus la chance d’avoir une grand-mère exceptionnelle. Vous vous enquérez de mes relations avec ma famille, que vous dire de plus ? Il n’y a guère que ma petite Charlotte et ma nièce, Dorothée, pour lesquelles j’éprouve aujourd’hui une tendre affection. Quant à mes frères, nos routes se sont éloignées, je le crains.

Concernant mon titre, Madame, les gens m’appellent le plus souvent tout simplement Talleyrand, comme l’on dirait Dieu … ou Satan. Si vous tenez à ce titre, Madame, je ne suis plus guère évêque, Monseigneur est donc obsolète. Je vous laisse juge du titre de Prince ou de Duc, réservons Son Altesse pour notre souverain.

En espérant avoir répondu à vos questions et qui sait, peut-être, vous recroiser au détour d’une lettre,

Charles-Maurice de Talleyrand Périgord, Duc de Dino, Prince de Bénévent

************************Fin de
        page************************