Votre religion
       

       
         
         

Alexandra

      Chère Impératrice,

J'ai lu beaucoup de livres sur votre vie ainsi que vos poèmes. Mais ce qui m'a semblé étrange, c'est que dans vos poèmes, vous louez Jehovah! N'étiez-vous pas chrétienne?

Je souhaiterais aussi savoir l'heure exacte de votre naissance ainsi que les villes de France que vous avez visitées.

Pourrais-je également avoir les prénoms de vos petits-enfants et si possible leur date de naissance.

Cordialement,

Votre dévouée
Alexandra
         
         

Impératrice Sissi

      Chère Alexandra,

Jehovah, Yahweh, Adonaï, ne sont-ce pas là tout simplement différents noms de Dieu? Je suis catholique, j'assiste régulièrement à la messe, mais j'ai du mal à croire selon l'Église, car il me faudrait alors croire que mon fils est damné. J'appelle Dieu Jéhovah par amour pour le peuple d'Israël, tout comme j'ai autrefois étudié Juda Ben Halévy. Je loue le Grand Jéhovah dans sa puissance créatrice, mais je me sens devant Lui comme un misérable moucheron. Comment pourrait-Il se soucier de ce qui me concerne? L'Homme est trop petit, trop misérable pour saisir Dieu dans Son essence, et il y a longtemps que j'y ai renoncé. 

Je suis née le 24 décembre 1837, à 22 heures quarante-trois minutes exactement. Il paraît que je suis née avec une dent, tout comme Napoléon, et un dimanche, ce qui était considéré - en plus de la Sainte date - comme un heureux présage. Je ne crois plus guère à ce genre de superstition... Si vous jetez un coup d'oeil à mes anciennes lettres intitulées «Descendance» et «Vos petits-enfants», vous m'éviteriez d'avoir à retranscrire tous les noms de mes petits-enfants, et vous y trouverez de plus leurs dates de naissance. C'est qu'ils sont très nombreux vous savez!

J'aime la France, je m'y rends très souvent bien que, depuis quelques années, je privilégie surtout la Grèce et la Suisse. J'ai passé un séjour décevant à Sassetôt-le-Mauconduit en 1875, et j'ai visité pour la première fois Paris la même année, sur le chemin du retour. Ces dernières années, je suis passée à quelques reprises par Nice, le Cap-Martin, Biarritz l'an dernier, où le vent soufflait matin et soir, c'était à vous rendre fous... Mes névralgies m'ont empêchée de me rendre à Lourdes, au début de cette année. J'ai également vu Marseille, Arcachon... Voilà pour mon «Tour de France», qui s'est fait en plusieurs années, et souvent aux mêmes endroits. C'est un pays que j'aime et où je reviens - trop rarement, hélas - chaque fois avec plaisir.

Amicalement,

Elisabeth