Votre premier baiser avec votre mari
       

       
         
         

Pouik

      Chère Sissi,

C'est seulement depuis cette année que je vous admire c'est-à-dire janvier 2003 et il y a une question qui me trotte dans la tête. Qui est cette personne que vous prénommez «l'amie» et excusez-moi pour cette question: pouvez-vous me dire quand et où eut lieu votre premier baiser avec votre mari? Encore une fois excusez-moi de mon comportement mais je suis très curieuse de nature.
         
         

Impératrice Sissi

      Très chère âme,

Votre lettre m'est apparue, en ce matin de grisaille, comme une ondée pure et rafraîchissante. Vous me semblez très jeune, d'une candeur et d'une naïveté tout à fait charmantes, aussi est-ce avec grand plaisir que je vais répondre à vos questions.

« L'Amie», c'est Madame Katerina Schratt. C'est une comédienne du Burgtheater que mon mari apprécie beaucoup. J'avais remarqué qu'il allait plus souvent au théâtre lorsque Mme Schratt jouait, aussi ai-je décidé de la lui présenter. En effet, comme je suis très souvent absente, l'empereur est presque toujours seul, ce qui me fait beaucoup de chagrin. Je me sens coupable de sa solitude, mais je n'y puis rien; si je ne bouge pas, si je demeure à Vienne, deviendrai vraiment folle - même si les mauvaises langues prétendent que je le suis déjà! L'Empereur a besoin de compagnie, d'une personne gaie et dévouée près de lui, et j'ai pensé que Mme Schratt pourrait, mieux qu'une femme de la Cour, remplir ce rôle. Je ne me suis pas trompée. Mme Schratt, depuis près de 10 ans, distraie l'Empereur, le fait rire en lui racontant les petits potins de Vienne, nous écrit à lui et à moi lorsqu'elle est en voyage. Rien d'équivoque dans cette amitié, quoi que puissent chuchoter les courtisans.

Le premier baiser de mon époux? Comme vous me ramenez loin dans mes souvenirs! Je peux vous en donner la date précise: le 18 août 1853! Dès que ma mère lui a fait savoir que j'acceptais sa demande en mariage, il s'est précipité à notre hôtel, m'a prise dans ses bras dès que j'ai ouvert la porte et nous avons échangé notre premier baiser. Comme tout était beau et simple à cette époque!

Amicalement,

Élisabeth