Petits-enfants
       

       
         
         

Marie-Lynn

      Ma chère Élizabeth,

Serait-ce possible que vous nous parliez plus de vos petits-enfants? C'est un sujet peu abordé dans quelques livres qui portent sur vous... Et pourtant les enfants et petits-enfants sont une joie pour nos coeurs de mères n'est-ce pas? SVP quelques mots sur eux...

Merci d'avance,

Marie-Lynn
         
         

Impératrice Sissi

      Chère âme,

Ne m’en veuillez pas si je vous réfère tout bonnement à l’une de mes anciennes lettres, intitulée «Descendance». Vous la retrouverez sur ma page, un peu au milieu de la colonne de droite. Mes petits-enfants (et même arrière-petits enfants!) sont fort nombreux, et vous m’éviteriez ainsi de retranscrire un fouillis de dates.

Pour ce qui est de l’affection... J’ai été séparée si tôt de Gisèle, le choc a été trop fort et je n’ai jamais pu lui vouer l’amour inconditionnel que j’étais prête à lui donner avant la mort de la petite Sophie. Après la mort de ma petite, persuadée que j’étais de mon incompétence en tant que mère, je l’ai regardée grandir de loin, sous la férule de sa grand-mère, et j’ai été la première surprise de l’annonce de son mariage. Le fait de devenir «la plus belle grand-mère du monde» à 36 ans (alors que ma chérie, Marie-Valérie, venait à peine d’avoir six ans!), n’a rien eu pour moi de bien réjouissant croyez-moi. Je n’ai pas beaucoup fréquenté les enfants de Gisèle, mais l’âge me venant, je suis fière de tous ces petits-enfants que je vois cependant rarement, et je ne manque jamais de leur faire parvenir des souvenirs de mes voyages. Même les enfants de ma chère Valérie ne me sont pas vraiment proches, la naissance de tout nouvel être sur cette Terre de douleurs me semble un malheur.

Amicalement,

Elisabeth
         
         

Marie-Lynn

      Cher Dame,

Excusez mon retard. Je vous remercie infiniment de votre réponse. Elle répond à ma question...

Prenez soin de vous.

Amicalement,
Marie-Lynn