Blandine
écrit à




L'Impératrice Sissi






Vos astuces pour être très mince et belle



Votre majesté,

Si je puis me permettre, j'aurais quelques questions à vous poser. Elles peuvent paraître frivoles, mais je ne pense pas qu'elles le soient pour vous, qui êtes très attachée à votre apparence. Je ne vous en blâme nullement: au contraire, il est naturel pour une altesse royale de tout faire pour incarner la beauté aux yeux de son peuple.

Alors voilà: il paraît que vous suiviez un régime très draconien, peut-être dissocié, pour avoir cette silhouette fragile, cette taille de guêpe que toutes vous envièrent... Et aussi, je suppose que vous aviez également des secrets de beauté: crèmes, onguents, etc. Pourriez-vous faire profiter de votre expérience la femme du commun que je suis?


Bonjour Blandine,
 
Pour être très mince, ma recette est simple: je mange le moins possible, je bois beaucoup d'eau et je marche énormément. Ce n'est peut-être pas un régime très sain à votre époque, mais ces jours-ci je mange surtout des oranges, un peu de glace à la violette, et je finis la journée avec un verre de lait ou de bière que je prends dans ma chambre. Je n'assiste plus aux dîners depuis longtemps, je ne fais l'effort de paraître à table que lorsque ma fille Valérie vient en visite. Il fut un temps où je me nourrissais exclusivement de potages, et je buvais de temps à autre lle sang d'un bifteck que je faisais «presser»; c'était très énergétique. Il fut également une époque où je me contentais d'œufs et de lait. J'étais très difficile sur le lait, je choisissais les vaches moi-même et j'avais même fait installer une laiterie modèle à Schönbrünn.
 
En fait, l'important pour moi, tant physiquement que psychologiquement, est d'être constamment en mouvement. J'ai fait de l'équitation des jours entiers dans ma jeunesse, de l'escrime durant des heures, de la gymnastique dans mes appartements de la Hofburg, et maintenant il m'arrive de marcher six à huit heures sans désemparer... lorsque ma sciatique me laisse en paix, évidemment! Ces derniers temps, j'ai été très souffrante, je ne pouvais marcher qu'avec difficulté, c'est dire à quel point je me sentais diminuée! Obligée de rester sur place, ne plus pouvoir fuir! Un véritable calvaire pour moi. Heureusement, ma dernière cure et quelques semaines à Ischl m'ont fait le plus grand bien. Je pourrai probablement reprendre sans peine mes grandes promenades avec Irma Sztàray lors de mon prochain voyage d'hiver.
 
Il n'existe guère de produits de beauté à mon époque, chère enfant. Depuis Cléopâtre et ses bains de lait, chaque femme s'essaie à différentes «recettes» plus ou moins secrètes, avec plus ou moins de succès... Il m'est arrivé d'essayer des masques de fraises écrasées, de dormir avec des linges mouillés enroulés autour de moi pour préserver la finesse de ma taille, et même de prendre des bains d'huile chaude pour conserver la souplesse de ma peau. J'ai bien failli d'ailleurs m'en repentir amèrement, un jour où l'huile était trop chaude; j'ai cru que je subissais le sort des premiers martyres chrétiens!
 
Ce qui a toujours compté pour moi, c'est un mode de vie hygiénique, tout à fait à l'opposé des règles de vie des femmes de la cour de Vienne. Elle s'empiffrent de Sachertörte et de jambons, et se contentent pour toute activité physique d'ouvrir leur ombrelle! Pas étonnant que la plupart d'entre elles ressemblent à des tonneaux!
 
Amicalement,
 
Élisabeth


Votre Majesté,
 
Je vous remercie de tout cœur de m'avoir fait la grâce de me répondre. Vos secrets de beauté et votre mode de vie sont en tout point admirables, à mon humble avis. Je m'en souviendrai, ainsi que de votre grande amabilité.
 
Respectueusement,
 
Blandine