Nina
écrit à




L'Impératrice Sissi






Une grande admiratrice (2)



Ma très chère Élisabeth,

Je me permets de vous écrire pour prendre de vos nouvelles. Où êtes-vous en ce moment? Voyagez-vous encore? Et Franz, où est-il? Et votre maman et papa, où sont-ils? Vivent-ils seuls?

Pourriez-vous me répondre?

Merci.


Chère Nina,
 
Présentement, je me trouve à Ischl, comme chaque été. Nous y avons fêté l'anniversaire de Franz avec Valérie et ses enfants, un heureux dérivatif dans notre quotidien si terne...
 
Je voyage toujours, tant pour ma santé physique que mentale. Les médecins me prescrivent des cures et un climat doux car, semble-t-il, ils ont découvert un petit problème avec mon cœur. Rien de grave, un peu d'arythmie, mais un changement d'air me fera le plus grand bien, et j'ai également besoin de traitement pour ma sciatique. Je dois également partir pour ma propre paix intérieure et celle de Franz. Ma présence prolongée ne lui vaut rien, mon chagrin et mon pessimisme finissent par lui porter sur les nerfs; nous nous supportons beaucoup mieux à distance, comme en fait foi notre imposante correspondance.
 
Mes parents sont décédés tous les deux. Mon père en 1888 et ma mère il y a six ans déjà, en 1892. Ma mère surtout me manque terriblement. Possenhofen, où je pouvais la retrouver au salon, un Loulou blanc sur les genoux, n'est plus un refuge, la mémoire presque envolée... Le fauteuil est vide, mes souvenirs d'enfance n'ont plus aucun sens.
 
Sincèrement,
 
Élisabeth