Sophie, duchesse d'Alençon

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Esther

 

 

 

Bonjour sa majesté, je m'appelle Esther Castañeda et je suis une passionnée d'histoire, surtout de vous.

L'autre jour j'ai vu un article sur Internet où il était écrit que votre soeur Sophie Charlotte eut une liaison en 1887 avec un médecin appelé Dr. Glaser. C'est vrai? Vous avez eu des enfants? Vous étiez amoureuse de ce médecin juif? C'est vrai qu'il dût s'enfuir? Et que votre soeur a été enfermée dans une clinique psychiatrique, car à l'époque les femmes adultères étaient enfermées?

Je vous remercie éternellement, j'aime beaucoup l'histoire et surtout la vôtre, j'ai votre biographie.

Bisous, sa majesté, et à bientôt.

Esther

 

 

  

 

 

 

 

  

 

 

Impératrice Sissi


 


Chère Esther,

Malheureusement pour l'honneur de ma famille, je dois confirmer que vos renseignements sont exacts. Ma soeur Sophie-Charlotte, la quarantaine passée, poussée par on ne sait quelle folie, a quitté époux et enfants avec le Dr. Glaser (lui-même marié) en 1887... Le scandale fut immense. Rattrapés à Méran et séparés, on a bientôt découvert qu'ils entretenaient encore une correspondance secrète et on enferma alors ma pauvre soeur dans la clinique du neurologue et aliéniste Krafft-Ebing... Il est encore courant à mon époque d'enfermer les femmes infidèles, et les maris vindicatifs ont tout l'appui nécessaire des autorités. Sophie était-elle amoureuse de cet homme, ou a-t-elle simplement eu un sursaut de révolte devant ce qu'elle croyait être la fadeur de sa vie? Je ne saurais le dire, car il est bien évident que le sujet fut soigneusement évité lorsque je la rencontrai à nouveau, après sa sortie de l'asile en 1888. Cette liaison fut courte, et elle n'a pas eu d'enfant du Dr. Glaser.

On m'a reproché de ne pas avoir eu pour Sophie l'indulgence que j'avais eue pour ma soeur Marie, qui a vécu un roman semblable en 1862. Il faut dire que les circonstances étaient fort différentes. Marie a épousé par procuration un pur inconnu, faible et bourré de scrupules religieux tels qu'il n'a «consommé» son mariage (c'est l'expression consacrée!) que bien des années plus tard. Marie venait de vivre des moments dramatiques en Italie, les troupes de Garibaldi venaient de la chasser du trône de Naples, et c'est probablement dans une période de tension extrême qu'elle est tombée dans les bras de ce zouave pontifical chargé de sa sécurité pendant son exil à Rome. Elle a eu une petite fille qui fut ensuite confiée à son père, et après une explication avec son époux - qui l'adorait et était prêt à lui pardonner - elle retourna auprès de lui et n'eût plus rien à se reprocher par la suite. Rien de tel pour Sophie: elle a eu le temps de connaître et d'apprécier Ferdinand d'Alençon bien avant de l'épouser. Ce ne fut pas un mariage «arrangé» et le duc l'aimait tendrement. Voilà pourquoi j'ai écrit:

Tu as cessé d'être loyale
À ton bon maître et époux.
Tu lui as percé le coeur;
Oui, lourd est ton péché!

Toutefois, retournée auprès de son époux, Sophie n'eut plus rien à se reprocher par la suite, bien au contraire. Devenue très pieuse, elle passait son temps en exercices de bonnes oeuvres et de charité, et c'est avec la réputation d'une véritable sainte que la mort la prit de façon horrible l'an dernier (le 5 mai 1897) lors de l'incendie du Bazar de la Charité.

Sincèrement,

Elisabeth



 





 



Esther


 


Bonjour Sa Majesté! Je suis une autre fois Esther Castañeda, maintenant je vous écris avec un autre mail.

Je vous remercie de tout coeur pour votre réponse sur votre soeur Sophie Charlotte Duchesse d'Alençon.

Madame, vous êtes une femme à admirer car vous êtes indépendante, moderne mais aussi courageuse. En question de votre règne, à mon avis vous auriez dû naître dans notre époque, le XXIe siècle, parce que vos pensées vont au-delà de votre époque.

Mais bon, nous ne pouvons pas questionner notre destin. Vous avez passé des mauvais instants dans votre vie, la perte de vos deux enfants fut très douloureuse; malheureusement je connais cette douleur, car tout juste il y a 2 ans j'ai perdu un bébé dans mon 4e mois de grossesse. J'ai passé une dépression car je croyais que j'étais coupable de cette perte; les médecins m'ont dit qu'il était malade, que son développement n'était pas normal. Mais, nous devons être fortes et regarder en avant, vers le futur et remercier Dieu pour vivre et avoir notre famille et nos amis avec nous.

Bon, je vous embrasse Sa Majesté, espérant de vos nouvelles,

Votre fidèle admiratrice, Esther.



 





 



Impératrice Sissi


 


Très chère âme,

Rarement me suis-je sentie aussi proche de quelqu'un. Comme je sens votre souffrance, comme je la partage! Seule une personne ayant vécu une épreuve semblable peut vraiment vous comprendre. Vous avez sans doute entendu des paroles de consolation du style «Vous êtes jeune, vous aurez d'autres enfants...» Moi je sais. Je sais que, même si vous avez dans l'avenir dix autres enfants, ce petit être trop tôt disparu vous demeurera à jamais irremplaçable. 

Ma chère âme, il m'est arrivé souvent de me révolter contre les décrets du Grand Jéhovah. La mort de mon fils a presque tué ma foi. Mais aujourd'hui encore, lorsque je contemple la mer, lorsque j'admire l'un de ces poèmes de Dieu, je ne peux m'empêcher de louer Sa grandeur, d'adorer sa puissance. Je prie pour vous, chère âme. Puisse votre coeur retrouver la paix et la sérénité, puissiez-vous puiser dans l'amour et dans les yeux de ceux qui vous aiment la lumière et la force de continuer sur cette grande route qu'est la vie.

Toutes mes pensées vous accompagnent.

Tendrement,

Elisabeth



 





 



Esther


 


Mes Hommages Grande Dame,

Je vous remercie pour votre réponse, je vois que vos sentiments sont les mêmes que les miens, je ne me sens pas seule!! oui, les médecins, ma famille, mon partenaire, mes amis m'ont dit que je suis très jeune et que je peux avoir plus d'enfants. Mais ayant presque 22 ans, j'ai su qu'un bébé est irremplaçable et que je voulais l'avoir. Or, le pauvre il avait une maladie aux os; Grâce à la génétique et au progrès technique et scientifique, les médecins ont pu voir le problème. Je garde une échographie (une photo où on peut voir nos petits qui sont dans nos entrailles) de mon petit bébé événements très durs sont des preuves à surmonter. Quand je peux, je vais à l'église et j'allume une chandelle pour lui. 2 ans ont passé, j'ai 24 ans et j'ai 3 neveux qui sont ma joie.

Vous aussi vous avez souffert la perte de vos 2 enfants, c'est dur mais ce n'était pas votre faute, une mère ne veut pas du mal à ses enfants. Vous êtes une femme très courageuse est très intelligente; peut-être dans votre époque il n'y avait pas les mêmes aides psychologiques comme aujourd'hui. Je vous comprends parfaitement, vous êtes une très grande femme sensible et humble avec un très grand coeur. Votre famille, votre mari, vos enfants et vos sujets ont eu une bonne chance de vivre et apprendre avec vous.

Pensez que la vie est comme un train, il y a des personnes qui descendent avant d'autres, mais comme tous, nous arriverons à notre destin. Dieu nous aime tous également.

Je vous embrasse et je vous remercie pour tout.

Votre fidèle admiratrice Esther.