Sassetot
       

       
         
         

Laurianne

      Chère Sissi.
 
J'ai une question qui me brûle les lèvres depuis que j'ai lu un texte sur votre séjour à Sassetot. Il paraîtrait que vous auriez eu une autre petite-fille en 1975 ou 1978 et que vous seriez venue que pour cela à Sassetot.
 
Je m'excuse pour cette question personnelle qui pourrait vous faire du mal ou vous choquer. J'ai une grande admiration pour la grande dame que vous êtes.

Toutes réponses données, je vous croirai sur parole.
 
PS: Désolée pour les fautes d'orthographe.
 
À votre Majesté l'Impératrice Sissi.
 
Sincèrement,
Laurianne
         
         

Impératrice Sissi

      Chère Laurianne,

Je me suis déjà exprimée au sujet de ce ragot immonde que ma nièce Marie Larish a fait courir sur mon compte. Sérieusement, comment aurais-je pu, observée et espionnée comme je l’étais – et comme je le suis encore malgré toutes mes tentatives – comment aurais-je pu, disais-je, cacher une grossesse en continuant de monter à cheval, et mettre un enfant au monde en cachette à Sassetôt? Vous n’avez qu’à consulter les journaux français de l’époque, qui détaillent mon séjour à la minute près, ainsi que la correspondance et les journaux intimes de mes dames d’honneur. Ce séjour en Normandie en 1875 a été mon plus décevant séjour de vacances, tant en raison de la chute de cheval dont j’ai été victime que de l’attitude de la population. Je ne suis jamais retournée à Sassetôt, ni en 1878, ni à quelque autre moment de ma vie.

Une seule chose m’intrigue au sujet de cette «enfant secrète» que l’on m’attribue: qui en serait l’heureux père? Même ma nièce Marie, malgré sa haine, n’ose proposer un nom. En 1875 comme en 1878, il y avait beau temps que les clabaudages au sujet de ma supposée relation avec le comte Andrassy s’étaient éteints. Oui, voilà qui m’intrigue fort…

Amicalement,
Élisabeth