Nathalie Bolduc
écrit à

   


L'Impératrice Sissi

     
   

Rumeur

    Bonjour votre majesté,

Je voudrais savoir votre réaction suite à une rumeur qui circule comme quoi Rodolphe se serait suicidé car il aurait appris que Marie Vesta était en fait sa demi-soeur? Je trouve cela scandaleux que de telle rumeur soit lancée.

J'ai appris que nous pouvions aller célébrer des mariages là même où votre mari vous a choisi dans cette merveilleuse salle de bal. Maleureusement, je n'avais pas le moyen de payer un mariage là-bas vu que je reste au Québec, mais j'ai au moins eu une robe et une coiffure qui était inspirées de la vôtre. Depuis que j'ai 4 ans que je lis tout sur vous et que je m'intéresse à votre histoire.

Bien à vous,
Nathalie Bolduc



Chère Nathalie,

Vous avez raison de parler de scandale. Cette rumeur scabreuse n'a jamais eu le moindre fond de vérité, ne serait-ce que parce qu'à l'époque de la naissance de Marie Vetsera, sa mère Hélène se trouvait en Grèce avec son mari. Et même si elle avait été à Vienne, elle n'était alors qu'une inconnue, une personne que nul ne recevait encore dans l'aristocratie. J'ai fréquenté ses frères un certain temps, ils étaient d'excellents chasseurs à courre et comme je choisissais alors mon entourage non sur leurs quartiers de noblesse mais sur leurs capacités équestres, les frère Baltazzi ont été souvent conviés à mes chasses à Gödölö. Mais leur cour faisait un peu trop «nouveau riche» pour que les gens de l'aristocratie, encore moins l'Empereur, ne s'abaissent à la fréquenter.

Lors de mon mariage, j'étais coiffée en bandeaux, le diadème offert par l'archiduchesse Sophie dans les cheveux. Ma robe était de satin brodée d'or et d'argent, avec un merveilleux voile en dentelles de Bruxelles. De la poitrine à la taille, ma robe était ornée d'un bouquet ovale de roses blanches. Votre tenue de mariage était donc inspirée de cette toilette? Vous deviez être resplendissante, chère enfant. Pour ma part, si tous s' accordèrent sur le fait que j'étais très belle, on m'a également trouvée fort pâle. J'étais si nerveuse, avec tous ces yeux braqués sur moi. Je n'ai jamais réussi à me faire à cette admiration quasi brutale que ma beauté suscitait, et c'est pourquoi je l'ai cultivée essentiellement pour moi. Je vous souhaite tout le bonheur possible avec votre époux; lorsqu'un mariage est basé sur un amour réel et partagé, il a toutes les chances de réussir.

Bien sincèrement,

Élisabeth