Prémonitions
       

       
         
         

Jessica

      À Sa Majesté l'Impératrice Élisabeth d'Autriche,

Tout d'abord, je tiens à vous dire que je vous admire beaucoup. Vous avez accompli de grandes choses et permis au peuple hongrois de retrouver sa liberté d'antan. C'est une initiative qui vous honore, car vous êtes très proche de votre peuple et vous essayez de faire ce qui est mieux pour lui. Ainsi, votre vie n'a pas dû être toujours facile, surtout dans les dernières décennies de votre vie, où vous avez perdu beaucoup de personnes qui étaient chères à votre coeur. Donc, si vous me le permettez, j'aimerais vous poser une petite question. Avez-vous vraiment eu des prémonitions quelques jours avant votre mort? Était-ce vrai que dans la famille des Habsbourg, ces prémonitions étaient signe de grands malheurs?

Je vous remercie de prendre quelques instants pour me répondre et je vous souhaite une agréable journée.

Jessica
         
         

Impératrice Sissi

      Ma chère Jessica,

Je vous remercie de vos bons mots. Mon action pour la Hongrie a fait - et fait encore - l'objet de beaucoup de critiques, mais je ne regrette rien. Toutefois, la Hongrie n'a pas retrouvé sa «liberté d'antan» avec le Compromis de 1867; le Compromis a simplement permis d'instituer un système fédéral où l'Autriche et la Hongrie seraient sur un pied d'égalité. Un mouvement séparatiste existe toujours malgré tout, et on raconte que ses dirigeants auraient voulu couronner mon fils Rodolphe roi d'une Hongrie indépendante, du vivant même de mon époux. Rodolphe aurait refusé, et cela lui a peut-être coûté la vie... Cela reste pour moi une énigme qui ne sera probablement résolue qu'à votre époque.

En ce qui concerne les prémonitions, vous voulez sans doute parler des apparitions de la Dame Blanche des Habsbourgs. En effet, il paraît qu'elle a tendance à se montrer aux grandes heures critiques de notre famille. Toutefois, comme je suis toujours bien vivante, vous écrivant depuis l'année 1898, je ne l'ai pas encore vue. Malheureusement... Car si je la voyais, cela voudrait dire que mon périple s'achève enfin. Cela finira bien un jour, et le repos éternel n'en sera que meilleur. Pour l'instant, tout ce que j'ai pu remarquer, c'est que parmi les mouettes qui suivent mon bateau à chaque voyage, il y a toujours une mouette noire. Je crois qu'elle est mon destin...

Amicalement,

Elisabeth