Méfiance
       

       
         
         

Nefercaire

      Chère Elisabeth, 

Est-ce vrai qu'une voyante vous a conseillé de vous méfier du fer, à votre soeur Sophie de se méfier du feu, et à votre cousin Louis de se méfier de l'eau? 
         
         

Impératrice Sissi

      Chère âme,

Louis, Sophie et moi, nous nous sommes rarement trouvés réunis tous les trois. À peine nous sommes-nous croisés, en janvier 1866, alors qu'ils venaient tout juste de conclure ces désastreuses fiançailles. Alors pour ce qui est de se retrouver tous trois devant une voyante... J'ai été assez adepte du spiritisme, durant les années 1880, et j'ai rencontré souvent à cette époque une ancienne amie d'enfance, Irène Paumgarten, qui est médium par l'écriture. Mais jamais elle ne m'a dit de me méfier du fer. Au contraire, je dois confesser que je suis un peu superstitieuse; je crois fermement au pouvoir protecteur du fer battu, et je ne passe jamais près d'un clou ou d'un fer à cheval sans le ramasser. Je peux cependant vous confier une vision que j'ai eue, un peu avant la mort de ma chère Sophie. Oui, une vision, et non un rêve. J'étais bien éveillée lorsque Louis m'est apparu, les vêtements trempés, les cheveux mouillés collés à son visage blême... Il m'a parlé d'une femme plongée dans les flammes, disant «Je sais que c'est une femme qui m'a aimée, et que je ne serai pas libre tant que son destin ne sera pas accompli. Mais après, tu nous rejoindras et nous serons heureux au paradis.» Ma pauvre soeur est morte l'an dernier, plongée dans les flammes du Bazar de la Charité. Est-ce à dire que mon tour approche? Je le souhaite de tout coeur, j'espère seulement que cela arrivera loin des miens, pour ne pas leur causer de chagrin. Je me sens si vieille, si lasse, mes ailes sont brûlées et je n'aspire plus qu'au repos.

Amicalement,

Elisabeth