Estelle
écrit à

   


L'Impératrice Sissi

     
   

Les critères de beauté de votre époque

    Chère Impératrice (d'Autriche) et Reine (de Hongrie),

J'aurais, pour une recherche, et aussi par pure curiosité, aimé savoir quels sont les critères de beauté (physique) pour les femmes de votre époque.

Je vous demande donc respectueusement (bien entendu), de bien vouloir répondre à ma question.

Merci d'avance,

Estelle



Chère Estelle,

Au niveau de mon visage, je rencontrais tout à fait les critères de beauté de mon époque. Seule l'impératrice Eugénie a pu m'être comparée et en effet, pour l'avoir rencontrée en 1868, je peux vous confirmer qu'elle était vraiment très belle.

En fait, on me trouvait unanimement très belle, l'impératrice Eugénie m'avait même proclamée, fort généreusement, la «plus jolie tête couronnée d'Europe». A la Cour de Vienne toutefois, si on était fier de m'exhiber à chaque manifestation officielle, les courtisans m'ont toujours reproché les efforts que je faisais pour maintenir mon tour de taille, qui faisait paraître la plupart de ces pimbêches vraiment énormes. La beauté viennoise typique se doit d'être plantureuse, bien en chair, tout à fait comme Katherina Schratt. Mon époux avait beau m'appeler sa «magnifique épouse», je crois qu'il a toujours apprécié de plus confortables rondeurs, et la généreuse rotondité de Mme Schratt a quelque chose de rassurant pour lui. En effet, une femme plus solide est rarement malade, comme je le fus très souvent (bien que ma faiblesse de poumons n'eût rien eu à voir avec ma minceur), et l'embonpoint est souvent perçu comme un synonyme de gaieté, de simplicité.

Aujourd'hui, à soixante ans, on juge mon tour de taille de 50 cm. proprement scandaleux... Une douairière se doit d'être dodue, une grand-mère ne doit pas afficher un tour de taille que lui envierait toute jeune fille en âge de se marier. J'ai essayé de faire reculer les effets du temps autant que je l'ai pu. Si mon visage est aujourd'hui rongé de rides et que je le cache le plus souvent possible derrière une voilette ou une ombrelle, ma silhouette par contre continue de faire l'admiration de mon entourage, et mes derniers lecteurs grecs, d'abord intimidé par mes rides, ont fini par sombrer sous mon charme toujours intact. Donc même si je ne me conformais pas aux critères de beauté vraiment en vogue, on m'a en quelque sorte fait une place vraiment à part, et les commentaires élogieux ont foisonné dans les lettres des ambassadeurs pendant plus de trente ans. Pas mal, pour quelqu'un qui ne rencontre pas les critères de beauté classique!

Amicalement,

Élisabeth