Le partage de vos biens
       

       
         
         

Francine

      Bonjour,

J'aimerais savoir suite à votre disparition si tragique qui a pris possession de vos biens personnels... y a-t-il un musée où nous pouvons les voir?

Vos filles ont-elles hérité de plusieurs objets et votre descendance... est-elle toujours en possession de ces biens?

Merci de l'attention que vous portez à toutes nos questions. Dans l'attente d'une réponse recevez mes salutations des plus cordiales.

Francine


 



 

Impératrice Sissi


 
Très chère Francine, 

J'ignore si la postérité jugera utile de mettre mes objets usuels dans un musée, mais je vous avoue que je préférerais de beaucoup qu'elles continuent à vivre entre les mains de mes enfants et de mes petits-enfants... 

J'ai refait mon testament l'an dernier, en février 1897. Il devrait évidemment rester secret jusqu'à ma mort, mais comme mes héritiers ignorent tout de mes échanges sur Dialogus, je veux bien vous en révéler le contenu. Avant la mort de mon fils, j'avais prévu laisser l'universalité de mes biens à ma fille Marie-Valérie. L'an dernier, j'ai décidé de diviser tout mon héritage en cinq parts: Deux pour Valérie, deux pour ma fille Gisèle, et une pour ma petite-fille Erzi, la fille de Rodolphe. Comme ma fortune personnelle se monte à plus de trois millions de florins, je vous laisse faire le calcul... J'ai légué ma villa Hermès à Valérie, à la condition qu'elle en laisse l'usufruit à mon époux tant qu'il vivra. Après tout, c'est lui qui me l'a offerte. L'Achilléion, mon château de Corfou, ira à Gisèle. Je lègue aussi des bijoux et des rentes annuelles à mes chères amies Ida et Marie, ainsi qu'une jolie broche faite à partir d'un écu de St-George à l'Amie, Mme Katerina Schratt. Ma place est prête dans le caveau des Capucins, près de la tombe de Rodolphe. C'est là que je veux reposer, le plus tôt possible, juste sous la fenêtre d'où on entend pépier les moineaux... 

Amicalement,

Élisabeth