Hélène
écrit à

   


L'Impératrice Sissi

     
   

Et si c'était à refaire?

    Chère Sissi,

J'ai lu beaucoup de livres sur vous, et je vous ai également connue par plusieurs autres historiens qui ont écrit sur vos contemporains (Rodolphe, François-Joseph, Bismarck, Andrássy, Deák, etc.). Évidemment, les historiens parlent de vous selon leurs propres vues, parfois de manière excessivement positive et d'autres de manière excessivement négative. C'est donc bien difficile de cerner votre personnalité, si ce n'est qu'ils s'entendent tous pour dire que vous étiez belle, voyageuse, détestée de la cour de Vienne, adorée du peuple hongrois avec une très forte personnalité (heureusement pour vous d'ailleurs).

Alors ma question est toute simple, si vous aviez à refaire des choix à l'âge de 15 ans, feriez-vous les mêmes?

Hélène

Sherbrooke, Québec, Canada



Chère Hélène,

La question que vous me posez est plutôt embarrassante. Voyez-vous, le «choix» que j'ai fait à quinze ans n'était nullement un «choix». Les événements se sont imposés à moi, le coup de foudre de Franz a tout balayé sur son passage, y compris moi-même. Une vraie tempête à laquelle personne, et surtout pas moi qui étais si peu de chose, ne pouvait résister. J'aimais, ou j'ai cru aimer Franz, alors, mais tout aurait été tellement différent s'il n'avait été qu'un simple tailleur! «On n'envoie pas promener un Empereur d'Autriche», disait ma mère.

Tout ce que je peux vous dire, c'est que je considère depuis le mariage comme une institution absurde. Enfant de quinze ans, on est vendue à autrui, on prononce un serment qu'on ne peut comprendre ni renier, et qu'on regrettera ensuite pendant vingt ou même trente ans.

Alors, très chère Hélène, il est fort probable que si le choix m'avait été donné, à quinze ans, il aurait certainement été fort différent. Mais ce choix ne m'a jamais été proposé...

Amicalement,

Élisabeth