Être ou ne pas être
       

       
         
         

Sara

      Chère Impératrice,

Permettez-moi de vous poser deux petites questions. J'ai lu plusieurs biographies à votre sujet, et une question me tracasse depuis un certain temps. Je voudrais savoir, si vous n'aviez pas été mariée si jeune et donc, au moment où vous avez rencontré le comte Andrassy, et qu'il aurait été libre lui aussi, pensez-vous que votre relation aurait pu aboutir à un mariage? Mais peut-être est-ce là une question qui ne peut pas se poser.

Ma seconde question est plus poétique: si vous aviez eu l'opportunité d'être quelqu'un d'autre, qui auriez-vous aimé être?

J'espère que vous me répondrez bientôt!

En toute amitié,

Sara
         
         

Impératrice Sissi

      Ma chère âme!

Voilà une dame bien curieuse. Je vous taquine.. eh oui j'ai le sens de l'humour. Pour ce qui est de votre question: qui sait? Je n'ai pas connu l'amour tel que vous le connaissez. Mon époux m'a «choisie» sans que je n'aie vraiment un mot à dire. Comme disait ma mère «on ne dit pas non à l'empereur d'Autriche». Je ne sais pas ce qu'est la sensation de vouloir plaire à l'être aimé puis de l'épouser après de longues fréquentations.

Lorsque je rencontre pour la première fois le comte Andrassy, il est grand séduisant et Hongrois. Nous sommes devenus rapidement de grands amis et on a même chuchoté dans les couloirs que ma fille Marie-Valérie était née de notre union!!! Rien n'est plus faux, la petite est le portrait tout craché de l'empereur. Je ne saurais répondre à votre question... quant à moi jamais je ne me serais mariée.

J'adore votre seconde question. Je ne saurais dire qui exactement mais j'aimerais être une simple citoyenne et voyager en paix!

Sissi