Shana
écrit à

   


L'Impératrice Sissi

     
   

Différences majeures

    Bonjour Sissi,

Je voudrais savoir si votre relation avec votre belle-mère est aussi mauvaise que démontrée dans les trois films avec Romy Scheider. Aussi, dites-moi quelles sont les différences majeures entre votre vraie vie et ce même film?

Merci de me répondre au plus tôt!

Shana
 

Chère Shana,

Comme je vous écris depuis l'année 1898, je n'ai donc pas vu ces films, mais on m'en a bien souvent parlé. Pour ce que j'en sais, mes relations avec ma belle-mère furent aussi mauvaises, sinon pires que ce que vous avez vu. Vers la fin de sa vie, l'archiduchesse vivait très retirée, rongée par le chagrin de la mort de son fils Maximilien, et plus ou moins écartée de la politique par Franz. Malgré tout, je me refusais à la côtoyer, et j'ai refusé pendant des années de passer mes vacances à Ischl tant qu'elle y était elle-même. Je pouvais supporter sa présence à la Hofburg ou à Schönbrunn, la taille de ces palais faisant en sorte que je ne la croisais que rarement. Mais la Kaiservilla d'Ischl est davantage une grande villa qu'un palais, et j'aurais été forcée de passer l'été en sa compagnie. Je ne pouvais en supporter l'idée.

Je sais que de nombreuses différences entre ces films et ma vie existent au niveau chronologique. Par exemple, j'ai passé six mois à Madère, très malade, bien avant mon couronnement en Hongrie et non l'inverse! Et les voyages officiels à Milan et Venise n'ont pas eu lieu au retour de ma cure à Madère, mais bien des années avant, au tout début de mon mariage. Mais la différence la plus notable, et même choquante, est la façon puérile et naïvement romantique dont on présente ma première rencontre avec François-Joseph. Allez voir ce que j'en dis à une autre correspondante, dans une autre lettre intitulée «L'ameçon». Franz et moi nous nous sommes rencontrés de façon tout à fait conventionnelle, dans le salon de ma tante Sophie à Ischl, où nous avions été invitées, ma mère, Néné et moi pour célébrer l'anniversaire de l'empereur. Le but non avoué de cette rencontre, planifiée depuis longtemps, était de provoquer des fiançailles entre l'empereur et Hélène. Mais c'est sur moi que Franz posa son regard, bouleversant ainsi de façon définitive mon destin.

Amicalement,

Élisabeth