Julie
écrit à




L'Impératrice Sissi






Deux lits pour Un couple



Pour son impératrice Sissi,

C'est avec un profond respect que je vous adresse ce message. Une question, des plus inattendues et futiles, me titille l'esprit depuis quelque temps. J'ai regardé de nombreuses reconstitutions et reportages sur votre vie passée dans lesquels votre chambre ne comporte qu'un lit une place. Cette question vous semblera peut-être déplacée et sotte et je m'en excuse, mais ne dormiez- vous pas avec votre époux l'empereur?

Je vous adresse mes salutations les plus cordiales,

Julie


Chère Julie,
 
Vous semblez en douter? J'ai pourtant créé un petit scandale, lorsque j'ai exigé de dormir dans la même chambre que Franz! Ma belle-mère a poussé les hauts cris, l'aristocratie s'arrachait pratiquement les cheveux! C'est qu'à mon époque, chère Julie, seuls les gens du commun dorment dans la même chambre! Mais il y a pire que de faire chambre commune: faire lit commun! Alors là, c'est la débauche, l'anarchie! Je ne suis pas allée jusque-là, mais il y a tout de même deux lits dans nos chambres communes à Schönbrünn, à Ischl et autrefois à la Hofburg (maintenant, j'y réside si peu, et nous avons des horaires si différents, que nous avons chacun notre chambre pour ne pas nous déranger mutuellement). À mon époque, dans la noblesse et même dans la bourgeoisie, les couples font généralement chambre à part, d'où la petite révolution de palais créée par mon initiative.
 
Nous avons eu quatre enfants, me direz-vous... Eh oui, on peut toujours s'arranger... Et pour ma pudeur, je préférais que nous dormions dans la même chambre plutôt que de sentir tous les courtisans épier à quel moment Franz me «rendrait visite»... Au moins, sachant que nous dormions tous les soirs dans la même pièce, ils ne pouvaient qu'essayer d'imaginer s'il s'y passait quelque chose ou non...
 
Amicalement,
 
Élisabeth