Descendance
       

       
         
         

Véronique

      Vous êtes mon héroïne et je voulais vous le faire savoir.

Il me manque des informations concernant votre descendance. Pourriez-vous me donner de plus amples connaissances sur vos petits-enfants?

Merci,

Véronique


 



 

Impératrice Sissi


 
Chère âme du futur, 

Il me fait plaisir de savoir que je suis votre «héroïne», bien que je n'ai jamais fait quoi que ce soit de très héroïque dans ma vie... Néanmoins, le compliment fait plaisir et je vous en remercie. 

J'ai de très nombreux petits-enfants, et même des arrières-petits-enfants! Ma fille Gisèle s'est mariée très jeune, à 16 ans tout comme moi, et j'ai donc été grand-mère dès l'âge de 37 ans! Ma première petite-fille, prénommée comme moi Élisabeth, est née le 8 janvier 1874, suivie d'Augusta le 28 avril 1875, de George le 2 avril 1880 et de Konrad le 22 novembre 1883. Ma petite-fille Élisabeth a donné naissance à mon arrière-petite-fille Gisèle le 4 janvier 1897 et à Élisabeth (les Élisabeth sont légion dans la famille!) le 10 juin 1897. Augusta, qui a pourtant été la première à se marier, a eu son premier enfant la même année que sa soeur Élisabeth, et a donné naissance à un petit Joseph François le 28 mars 1895. Elle a également une fille, prénommée Gisèle, depuis le 5 juillet 1897. 

La descendance de mon pauvre fils Rodolphe est plus facile à vous résumer. Sa fille Élisabeth, surnommée «Erzi», est née le 2 septembre 1883. Elle aura bientôt quinze ans, et c'est une très belle jeune fille. 

Ma fille Marie-Valérie a présentement quatre enfants, et sa famille promet de s'agrandir encore! Sa petite Élisabeth, surnommée «Ella» pour la distinguer de «Erzi», est née le 27 janvier 1892. François-Salvator est né le 17 février 1893, Hubert Salvator le 30 avril 1894 et la petite Hedwige, qui a fait mes délices lors de mon dernier séjour chez ma fille, est née le 24 septembre 1896. Et je suis certaine que ma Valérie, qui a la fibre maternelle, aura encore d'autres enfants. N'oubliez pas que je vous écris depuis l'année 1898, bien des choses peuvent se passer encore... 

Voilà. Vous pouvez constater que c'est une famille très nombreuse. Étant souvent en voyage, je ne vois pas mes petits enfants autant que je le voudrais, mais je ne manque pas de leur acheter de menus cadeaux dans toutes les villes que je visite, afin qu'ils se rappellent de moi et qu'ils se rappellent combien je les aime. 

Amicalement, 

Elisabeth