Accouchement clandestin?
       

       
         
         

Dopichon

      Chère Impératrice,

Je m'intéresse énormément à vous et j'ai une question à vous poser. Selon Marie Larisch, vous seriez retournée à Sassetot-le-Mauconduit en automne 1882 pour accoucher d'une fille qui sera prénommée Caroline. Est-ce vrai? Je souhaiterais également savoir s'il est vrai que vous êtes anorexique.

Merci d'éclairer ma lanterne.

Cordialement
          
          

Impératrice Sissi


 
Ma chère âme,

Quel affreux ragot me rapportez-vous là? J'ai beau ne plus me soucier de l'opinion d'autrui depuis longtemps, il reste que ce mensonge éhonté est vraiment la pire calomnie que j'aie pu entendre sur mon compte! Et venant de ma propre nièce, c'est franchement dégradant. C'est donc là tout ce que la comtesse Larisch a pu trouver pour tenter de minimiser son horrible rôle d'entremetteuse, l'année de la mort de Rodolphe? C'est honteux.

À vrai dire, chère âme, je ne sais si je dois répondre à cette calomnie par un démenti énergique ou par le dédain. Je suis proprement indignée. Si j'ai l'air d'accorder la moindre importance à ce mensonge, peut-être en conclura-t-on que j'ai effectivement quelque chose à me reprocher? Et si je ne dis rien, j'ai l'air d'admettre cette horreur... Je ne vous dirai donc que quelques mots et vous en tirerez vos propres conclusions. En 1882, me dites-vous? J'avais 45 ans, ce qui est déjà un peu âgé, à mon époque, pour mettre au monde un enfant... De plus, même si je fuis mon rôle de représentation depuis longtemps, il n'en reste pas moins qu'à titre d'impératrice d'Autriche, le service du protocole tient un registre très détaillé de mes moindres déplacements. Un petit coup d'oeil aux archives vous permettrait de refaire mon itinéraire de 1882 - année où, soit dit en passant, j'ai tout de même rempli nombre d'obligations officielles - pratiquement au jour le jour. Bal, séjour de chasse en Angleterre, revue militaire, voyage dans ma famille de Bavière en juin (J'ai tenté cet été-là de faire à pied le trajet de Feldafing à Munich, j'ai renoncé après 4 heures et demie de marche. Pas mal pour une femme enceinte!), voyage officiel à Trieste en septembre, voyage à Baden Baden... Voilà qui laisse peu de temps pour une «escapade secrète» à Sassetôt! Je vous laisse donc juge de cette affaire...

Anorexique? Peut-être peut-on nommer ainsi mon aversion pour la nourriture et mon obsession d'avoir une taille fine... Mes motivations sont très différentes toutefois de celles de beaucoup de personnes qui deviennent anorexiques. Au début de mon mariage, j 'étais assez jolie, mais sans plus. Après la maladie qui m'a conduite à Madère, j'ai vraiment commencé à être belle. Et je me suis aperçue que seule ma beauté me donnait à la Cour et face à mon époux une position que je n'avais réussi à me tailler ni par mon intelligence, ni par ma personnalité. Cinquante centimètres de tour de taille pour gagner le respect... Ce qui nous ramène d'ailleurs à votre première question: espionnée et examinée comme je l'étais, le moindre centimètre supplémentaire aurait instantanément été repéré et analysé! La Cour est une gigantesque cage de verre...

Amicalement,

Elisabeth