Violaine
écrit à




L'Impératrice Sissi






Enceinte



J'aimerais demander à Son Altesse comment les femmes de son époque s'habillaient lorsqu'elles étaient enceintes. Je suppose que cela devait modifier grandement leur façon de s'habiller.

Avec mes salutations distinguées,

Violaine


Chère Violaine,

À mon époque, il n’y a pas à proprement parler de vêtements de maternité. Nous nous contentons de faire élargir nos robes de tous les jours. Il existe toutefois des corsets de maternité puisque, même enceinte, une femme se doit de se lacer, même si ce n’est pas aussi étroitement que de coutume.

L’avantage de mes grossesses –le seul en fait– c’est que ma belle-mère me laissait «traîner» plus longtemps en simple robe d’intérieur, ou même en saut-de-lit le matin. Elle ne me poussait à m’habiller que lorsqu’elle exigeait que je descende au jardin pour «produire» mon état au bon peuple; je trouvais cela tout simplement affreux, et j’en étais venue à considérer comme un bienfait le fait de pouvoir m’enfermer dans ma chambre pour y pleurer à l’aise.

Mes trois premières grossesses ne sont pas des souvenirs heureux, chère enfant. Ce n’est qu’à la naissance de ma Valérie, en 1868, que j’ai vraiment su ce qu’était qu’être mère, et que ma grossesse n’a vraiment appartenu qu’à moi. C’est la seule pour laquelle j’ai pu la vivre comme future mère, et non comme porteuse d’un précieux héritier impérial.

Amicalement,

Élisabeth