Yosr, Aicha
écrivent à

   

Franz Schubert
Franz Schubert

     
   

Votre succès

   

ISC CARTHAGE

Bonjour Franz,

Nous sommes de très grandes admiratrices de votre musique, nous venons d'écouter quelques-unes de vos œuvres qui nous ont emmenées dans un autre monde plein de magie et de poésie. Nous portons un grand intérêt à votre musique mais nous nous posons encore quelques questions:

Qu'est-ce qui vous a inspiré pour écrire vos œuvres? Parmi vos œuvres si célèbres, quelle est celle que vous préférez?

Nous nous intéressons beaucoup à votre vie et à votre symphonie inachevée, pourriez vous nous parler de ce que vous avez ressenti en la composant?

Nous avons été ravies de vous écrire, nous attendons votre réponse avec impatiente, merci.


Chères Yosr et Aïcha,

Je vous remercie profondément des mots que vous avez eus à l'égard de ma musique. Je suis heureux qu'elle ait pu vous transporter car la musique est l'un des plus délicieux voyages qui soient!
En lisant vos questions, j'ai eu le souvenir de nombreuses lettres échangées ces derniers temps et il m'a semblé y avoir répondu ici ou là, parfois même à plusieurs reprises. C'est pourquoi, avant de vous répondre, j'ai correspondu brièvement avec une personne de votre temps (ou de votre monde) qui, semblerait-il, met à disposition de tous, les correspondances que j'ai eues avec vos «contemporains». On m'affirme même, avec insistance, que cela demanderait de votre part très peu d'efforts et qu'en quelques minutes à peine, vous pourriez obtenir toutes les réponses à vos questions (qu'il s'agisse de mon inspiration, de mes symphonies — y compris celle inachevée — et même de mes œuvres «préférées») en parcourant ma correspondance passée. Je vous avoue que tout ici me paraît très mystérieux, et difficilement imaginable, mais cela doit l'être bien moins pour vous! Dès lors, si cela vous est aisé, auriez-vous l'amabilité de consulter mes précédentes lettres? (Ne me demandez pas la procédure... mais vous devez la connaître!) Cela m'éviterait un travail pour le moins fastidieux de répétition, qui plus est, en ces temps de maladie où mes forces physiques semblent m'abandonner. Si d'aventure, vous ne trouviez pas les réponses à certaines de vos questions, ou des réponses satisfaisantes, n'hésitez pas à me réécrire.

Bien cordialement,

Franz Schubert