Willibald
écrit à

   

Franz Schubert
Franz Schubert

     
   

Schubert et la Femme

   

Schubert Franz, mon ami mon frère, l'urgence créatrice dans ta trop courte vie transpire de chaque note de tes œuvres pour piano, ton clavier devait être pour toi un corps de femme, que tu savais faire vibrer. As-tu été heureux charnellement, t'es tu réjoui au calice de la féminité? Quelle femme s'est donnée à toi, quelle femme t'a vraiment aimé pour tout ce que tu étais? «La jeune fille et la mort» est un hymne à la perception que tu avais de l'univers féminin. Comment pouvais-tu l'avoir deviné aussi bien et ne pas savoir et ne pas pouvoir? Cependant, tu ne donnes pas la réponse... À moins que?....

Tendresses fraternelles,

Jean


Cher Jean,

Merci tout d'abord pour votre lettre, car, malgré le caractère par trop intime de vos questions, je crois deviner une fine sensibilité musicale qui me touche. Je vais cependant devoir vous décevoir car il n'est pas dans mon habitude de me livrer sur mes relations privées, et ce même auprès de proches amis. Je ne vous répondrai donc pas sur le détail de mes «aventures» dans le domaine que vous évoquez.

Cependant, il me semble vous comprendre et être en accord avec vous lorsque vous parlez d'«urgence créatrice», même si j'ai la naïveté de croire que ma vie ne sera pas aussi courte que vous ne l'affirmez. Oui, créer, écrire de la musique est un besoin impérieux, vital. Je rajouterais que c'est une nécessité bien plus profonde, bien plus évidente que celle des rapports charnels. Il n'y a, selon moi, nulle comparaison possible entre l'intimité des corps et celle d'un compositeur agençant et modelant les sons. Dans «La jeune fille et la mort», c'est la mort qui plane, bien plus que le désir amoureux, et si séduction il y a, je crains qu'elle ne soit, en l'occurrence, funèbre et glaciale. Le sentiment amoureux est bien autre chose (j'imagine que, comme moi, vous en avez connu l'infinie douceur), et j'ose espérer que d'autres pages de ma musique en témoignent aussi...

Amicalement,

Franz Schubert