lettenaire1+hotmail.com
écrit à

   


Franz Schubert

     
   

Pour qui ne connaît pas votre oeuvre

    Cher Monsieur Schubert,

J'avoue avoir souvent renâclé à l'idée d'apprendre à connaître votre travail. Aucun de mes proches n'écoutant vos oeuvres, il m'a toujours été impossible de me faire conseiller. Je suis tout à fait incapable de reconnaître le moindre de vos airs, sauf peut-être celui de La Truite, qui m'ennuie passablement.

Voici la raison de cette missive: humblement je vous demande de me donner le nom des quelques pièces les plus susceptibles de plaire à un néophyte de ma trempe, et qui constitueraient un bel échantillon de votre talent. Non pas celles dont vous êtes le plus fier ou que vous préférez, mais plutôt celles qui plaisent - ou ont plu - au public. J'ai grand besoin d'écouter quelques oeuvres maîtresses de votre répertoire afin de me familiariser avec votre style. Comprenez que je ne sais pas du tout par quoi commencer et que vous êtes la personne la plus qualifiée pour me renseigner. Je suis plutôt attiré par l'opéra et le «grand symphonique». N'hésitez pas à mentionner le numéro des actes ou des mouvements!

Dans l'attente d'une réponse de votre part, je vous souhaite, Monsieur, une excellente continuation.

Vôtre,

Paul Lettenaire.



Cher Monsieur Lettenaire,

Je suis à la fois confus et désemparé par votre question. Non pas que je sois surpris du fait que ni vous ni vos proches ne connaissiez mes oeuvres: cela concorde avec le piètre nombre de lettres reçues depuis ma collaboration avec cet «au-delà» imperceptible, et après tout, cela concorde aussi avec ma notoriété actuelle en matière de musique. Mes amis souhaiteraient qu'elle soit plus grande, mais je doute fort qu'elle dépasse un jour les murs de ma Vienne natale. A vrai dire, je ne me sens pas tout à fait à ma place parmi tous ces grands hommes, et votre lettre me le confirme quelque peu.

Vous me demandez de vous conseillez quelques-unes des compositions «qui plaisent -ou ont plu- au public.» En réalité, stricto sensu, mon public se limite à celui de mon unique concert réalisé jusqu'alors: c'était le 28 mars de cette même année 1828. J'y avais choisi quelques-unes des oeuvres que j'estimais le plus agréable et ayant l'effet le plus «assuré», mais le succès ne fut pas véritablement celui escompté. Qui plus est, faute de moyens, il s'agissait essentiellement d'oeuvres de musique de chambre et de lieder, or vous me dites être plutôt amateur de musique symphonique ou d'opéra.

En ce qui concerne les opéras, j'en ai écrit plusieurs, parmi lesquels «Alfonso et Estrella» ou «Fierabras», mais, tout compte fait, je ne vous les conseille pas. Il faut savoir que, pour un compositeur mineur comme moi, l'opéra reste le seul moyen de se faire un nom dans le milieu de la musique, ce qui est parfois fort dommage. C'est pourquoi mes opéras ont été écrits dans un but en quelque sorte «utilitaire», je ne suis pas satisfait musicalement de ces oeuvres un peu de circonstance, destinées à rencontrer un succès qu'elles n'ont finalement pas eu.

Voyez mon désarroi face à votre question: je n'ai jamais eu un véritable «succès» comme en ont actuellement un Paganini ou un Rossini. Si d'aventure l'on m'a félicité pour quelque sonate ou lieder, ce fut au sein de nos réunions entre amis, et je doute que celles-ci soient représentatives du «public» dans son entier.

Mais il me faut vous indiquer quelques oeuvres, afin de ne pas manquer à la politesse de répondre du mieux que je peux à votre question.

J'ai composé une symphonie cette année 1828, en Ut Majeur, et je vous l'aurais conseillée si elle ne m'avait pas été refusée: on l'a jugé «trop longue et trop ardue».

Je ne sais que vous dire. J'ai écrit nombre de pièces symphoniques et d'opéra, mais aucun n'a rencontré de succès, c'est pourquoi je doute qu'ils n'en rencontrent chez vous.

C'est pourquoi je pourrais vous conseiller pour conclure quelques oeuvres plaisantes pour piano (mes impromptus ainsi que mes moments musicaux, par exemple.) Certains de mes lieder ont reçu un bon accueil. (Je suis par ailleurs quelque peu surpris de constater que mon lied «Die Forelle» -«La truite» - vous ennuie, car il suscita l'engouement de la plupart de mes amis. Mais cela est tout à fait compréhensible, après tout.)

Mais si vous parvenez à mettre la main sur mon cycle de Lieder «La belle meunière», dites-moi ce que vous en pensez, cela m'intéresserait grandement. Ce cycle a beaucoup plu.

J'espère que ma réponse ne fut pas trop longue, ni trop confuse. Je suis désolé de ne pas avoir pu être plus précis quant à mes oeuvres «à succès». Je crains n'en avoir point, et si quelques-unes unes furent applaudies pour leur virtuosité ou leur facilité d'écoute, je n'ose vous les conseiller: ces oeuvres ne reflètent pas, je crois, ma conception intime de la musique.

Au plaisir de vous lire,

votre dévoué,

Franz Schubert.