ioannagateau+skynet.be
écrit à

   


Franz Schubert

     
   

Marie Léopoldine Pachler Koschak

    Cher monsieur Schubert,

Comment allez-vous?

Permettez-moi de vous demander si vous vous rappelez de Madame Pachler Koschak, qui vous a accueilli en septembre 1827? Saviez-vous que Beethoven était invité aussi?

Merci d'avance,

Monya



Chère Monya,

Comment oublier Marie-Léopoldine Pachler? On n'oublie pas ses amis! Karl et Marie-Léopoldine Pachler m'ont, de plus, avec une si naturelle générosité, accueilli près trois semaines en cette charmante ville de Graz, où j'ai séjourné avec mon ami Johann-Baptist Jenger! C'était, il est vrai, en septembre de l'année 1827. Quel plaisir de vous entendre parler de ce couple délicieux! Karl Pachler est un brillant avocat, et Marie-Léopoldine une excellente pianiste, estimée par tous. J'espère que leur fils, Faust, à qui j'écrivis une petite pièce pour piano à jouer avec sa mère, connaîtra un aussi illustre avenir.

Les jours que je passai à Graz furent parmi les plus heureux de ma vie: ils me laissent, plus d'un an après, le souvenir d'une intense évasion. Un petit mot encore à propos de votre remarque sur le Grand Maître, qui nous a quitté en Mars de l'année dernière, et ne fut donc pas à Graz avec nous. Marie-Léopoldine avait l'honneur de le connaître personnellement, étant elle-même une musicienne de grand talent.

Amicalement,

Franz-Peter Schubert.