a.dennefeld+free.fr
écrit à

   


Franz Schubert

     
   

Der Liermann

    Bonjour Franz,

Je voulais te remercier pour ton fabuleux quatuor de la Jeune Fille de la Mort, à écouter jusqu'aux larmes.

Longue vie à toi!

Jean


Cher Jean,

Je vous remercie du beau compliment que vous me faites et qui témoigne de votre grande sensibilité humaine et musicale... Pour ce qui est de ma «longue vie», je doute fort que votre voeu se réalise et ce n'est malheureusement pas le quatuor «Der Tod und das Madchen» qui me contredira...

Cependant, Jean, si vous me permettez un petit conseil, ne «fréquentez» pas trop ce quatuor. (Je m'étonne d'ailleurs moi-même que vous ayez pu l'entendre ou le voir: n'est-il pas perdu ou oublié? il se passe tant de choses mystérieuses dans votre monde...) À trop l'écouter, comme il m'arrive de l'écouter, intérieurement, les nuits de grande solitude, on se sent comme happé par des visions de mort. Mais un petit rondo allègre pourra, je l'espère, vous requinquer...

Longue vie à vous, donc.

Cordialement,

Franz Schubert