monique.lancel+voila.fr
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Ta rencontre avec Rousseau

    Citoyen!

On dit, et toi-même tu l'as raconté semble-t-il, que tu as eu la chance dans ta jeunesse de rencontrer Rousseau. Peux-tu me dire si c'est vrai et comment s'est passée votre rencontre? Est-ce que vous vous êtes parlés? Qu'avez-vous dit? Est-ce que cette rencontre a été importante et fut la cause de ton admiration pour Rousseau? Est-ce que tu l'appréciais déjà avant?

Je sais que ton temps est compté, citoyen. Mais je m'intéresse à toi. À notre époque, les opinions à ton sujet sont très partagées: certains t'admirent, d'autres te détestent. Il est important de faire entendre ta voix. Notre époque en a peut-être besoin.

Monique



Citoyenne Monique,

Je suis heureux de satisfaire ta curiosité, surtout qu'il s'agit de l'un des moments les plus émouvants de ma vie.

J'éprouve une profonde admiration pour Jean-Jacques, ce grand précepteur de la liberté et de la vertu publique, et ceci, depuis que j'ai lu ses livres m'ayant appris tant de choses sur la nature humaine et les fondements de la société. Il a été tout à fait naturel de ma part d'aller lui rendre hommage dans son humble retraite à Ermenonville. Je ne regrette que de m'en être décidé si tard, je l'avais vu peu avant sa mort.

Hélas, vous le savez sans doute, les cruelles persécutions et railleries dont ce grand homme a été victime sa vie durant, l'ont rendu au déclin de l'âge méfiant et soupçonneux, lui qui ne défendait que l'homme, qui n'aimait que l'humanité! Je n'irai donc pas jusqu'à affirmer de lui avoir parlé, je doute qu'un timide bonjour de ma part et un hochement interrogatif de la sienne, puissent être considérés comme une conversation... Je n'ai pu que l'observer, absorbé par ses rêveries, vieilli, avec sur son visage des traces de noirs chagrins que les tourments et l'injustice des hommes y avaient imprimées, mais toujours rayonnant de cette conscience aiguë de la dignité humaine. Cette entrevue m'avait comblé, jamais je ne l'oublierai!

Reçois, chère Citoyenne, mes sincères hommages.

Ton concitoyen,

Maximilien Robespierre