Xupinette
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Rousseau et votre père

    Très cher Robespierre,

Ayant commencé à lire une biographie sur vous, j'ai vu que, comme Rousseau, votre père avait abandonné ses enfants. C'est pourquoi je me demandais si l'abandon de votre père vous avait marqué? Quels sentiments avez-vous éprouvés? Mais surtout, comment pouvez-vous admirer un homme qui a fait subir à ses enfants la même chose que votre père à vous et votre soeur?

Xupinette

Très chère Xupinette,

Premièrement, je ne crois pas que ce soit l’occasion et le lieu d’étaler mes malheurs d’enfance, et quoique je ne sois jamais porté à en parler longuement, je pense que notre père ne nous a pas abandonnés. Mortifié par la disparition de notre mère, il n’était juste plus capable de s’occuper de ses enfants et a dû en laisser le soin à ses proches. Le choix de Rousseau n’est donc pas comparable avec le drame qui a frappé ma famille.

Deuxièmement, j’ai puisé abondamment dans l’œuvre généreuse de ce grand philosophe défenseur de l’Humanité et de l’Homme, j’admire son amour du peuple et son courage de le montrer face aux puissants corrompus, mais je n’ai jamais songé à juger les choix que les circonstances de sa vie -que chacun connaît pénible et tourmentée- l’ont forcé à faire et qu’il a d’ailleurs amèrement regrettés dans ses vieux jours. Qui a vécu la même vie, aurait le droit de le condamner; pas moi!

Recevez, très chère Xupinette, mes meilleures salutations,

Maximilien Robespierre