Rossignol
       

       
         
         

Adrien

      Bonjour Maximilien,

Sache que c'est un honneur que de pouvoir échanger quelques mots avec toi. Étant donné que j'avais commencé par te parler du Général Rossignol, si tu le veux bien, je vais continuer.

À cause du mauvais plan choisi au Conseil de Saumur (plan de l'alliance Philippeaux et Canclaux-Kléber contre celui de Rossignol qui, au deuxième tour de table avait retiré le sien pour faire taire le désordre et dont Napoléon dira sur une analyse à posteriori, sans savoir que Rossignol l'avait proposé, que c'était la meilleure stratégie) qui a retardé la défaite des Brigands Insurgés Vendéens et leur passage au-dessus de la Loire pour la Virée de Galerne, Rossignol, (qui s'était mis lui-même aux ordres de Canclaux, contrairement à ce qui s'est beaucoup dit) perd son poste de Général en Chef des côtes de la Rochelle. Il est muté et nommé Général en Chef des côtes de Brest en remplacement de Canclaux, destitué. Un autre Sans-culotte, Lechelle, jusqu'alors subalterne de Rossignol sur le cantonnement de La Rochelle, devient le grand Général en Chef des deux Armées réunies, Brest et La Rochelle, mais ce dernier tombe malade et c'est encore Rossignol qui assure son intérim jusqu'à ce que ce dernier soit lui-même nommé, à son tour, Général en Chef de trois Armées réunies, de Brest, de l'Ouest et de Cherbourg, par un brevet spécial du Conseil exécutif provisoire du 22 brumaire an II (12 novembre 1793). Rossignol, qui sera surnommé le «Général Sans-culotte» puis, par la Convention «l'Enfant chéri de la Révolution» et «le Fils Aîné de la Patrie» est abandonné de l'Exécutif d'alors, donc un peu de toi, car il a le malheur d'être un gamin des faubourgs, un homme de la Commune, de la frange des Ronsin (ancien Adjoint au Ministre de la guerre qui nomma Rossignol qui lui renvoya l'ascenseur en l'aidant à devenir Général de Division), Santerre et autres hommes de gauche qui avaient suivi celui qui t'avait remplacé dans le coeur des faubourgs, je nomme, l'arriviste mais Révolutionnaire Hébert. D'ailleurs les Sans-culottes et Jacobins qui te survivront, te prendront comme remplaçant, Babeuf, un pur celui là ! Alors, quelle erreur pour toi que cette fête de l'Être Suprême et surtout de n'avoir pas su «maîtriser» tes anciens fidèles des faubourgs. Le mauvais moment venu ils viendront quand même mais très peu (3500) et sans véritables Guides ou Meneurs car ils n'étaient plus là. Certains étaient destitués comme Rossignol, le Meneur des Quinze-Vingts, qui se rongeait les sangs «presque proscrit» à Orléans. Enfin, on ne refait pas l'histoire, j'aime Rossignol et je ne t'en tiens pas rigueur car tes choix étaient obligés par l'histoire et ils étaient désintéressés. Tu travaillais pour le bien du monde. Le 4 décembre 1793, Rossignol avait passé, de façon obligée, le Commandement à Marceau qui en fera l'intérim du 5 au 26 décembre 93, jusqu'à ce que Turreau prenne ce Commandement le 27 décembre 1793. Puis, bien que Rossignol soit dégradé de Général en Chef, il resta toutefois Général, mais quelque chose m'intrigue. Nous sommes au printemps de 94, il est à Port-Malo (Saint-Malo) en train de préparer un plan secret d'attaque des Iles anglaises Jersey et Guernesey (plan qui sera annulé juste avant sa destitution), les Représentants Ruamps puis Billaud-Varennes viennent voir l'avancement des embarquements. Incognito, un autre et mystérieux personnage, envoyé spécial du Gouvernement, est arrivé la nuit précédant le jour d'arrivée de Billaud. Rossignol l'apprend, il demande à voir ce personnage qu'il ne reconnaîtra pas et dont il ne saura jamais le nom. Il est habillé de façon flamboyante peut-être à la façon des fêtes de la Raison, ce n'est pas Jeanbon Saint-André qu'il connaît bien, alors était-ce Jullien de Paris, ce dont je doute, ou bien un autre de tes «amis proches»? Rossignol, l'homme de la Bastille, du Dix-Août, connaissait pourtant bien les Révolutionnaires! Je pense que toi, tu dois savoir alors, peux-tu me le dire? Question subsidiaire: Toi qui as vécu cette époque, sais-tu si Rossignol était marié, à qui et quand? Ce que je sais, c'est qu'il avait au moins une fille, non?

Voilà, cher Maximilien, on ne t'oublie pas malgré tes erreurs c'est bien de toi dont on se réclamera à chaque fois qu'il faudra faire tomber un tyran.

Quant à tous ceux qui se posent des questions sur le fameux coup de pistolet de l'infâme Merda devenu Méda, je crois savoir qu'il n'a fait rajouter un coup de feu à celui que tu t'étais toi-même donné. Maximilien, tu as tenté de te suicider, c'est l'avis de bien des spécialistes; la version du Gendarme Merda (Charles André) qui te fracasse la mâchoire n'est pas la plus plausible. Tu as très été bien examiné par l'Officier de santé, nommé Vergez, qui te pansa; un rapport médico-légal en fut écrit. Paul Reclus, un Chirurgien, en fit l'étude. Les indices balistiques concluaient qu'il n'y avait pas eu de balle et que le pistolet n'était donc que chargé «à plomb». Reclus fit une conclusion bien singulière:«Il n'est pas facile de trancher pour l'une ou l'autre version des faits mais l'hypothèse du suicide n'est pas insoutenable». Il rajouta, «au risque d'être accusé de «paradoxe», qu'il n'était pas impossible que tu te tires le coup de feu à l'instant même où Merda fait feu sur toi. Or cette dernière thèse peut-être relayée, au détail près que les coups de feu sont en ordre inversé, par un bulletin, daté du 10 thermidor an II, en provenance du Conventionnel Lacoste (Elie), Membre du Comité de sûreté générale, où il est écrit:«Robespierre s'est blessé d'un coup de pistolet, un Gendarme lui en a tiré un second». Lacoste avait participé aux attaques verbales contre toi à la Convention et il avait demandé ton arrestation (en fait l'arrestation du «Triumvirat» puis fait mettre hors-la-loi les Membres de la Commune. Ce «haut fait d'armes» autorisa le Gendarme Merda de la Garde nationale de Paris à supprimer le «r» vexant de son patronyme et il aura avancement rapide. Plus tard, Merda devenu Méda deviendra Colonel de l'Ogre Corse qui le fera Baron d'Empire. Selon le côté où l'on se trouve un meurtre peut amener à la prison et à la guillotine en chemise rouge ou, à une bonne promotion. Je parle bien de meurtre car Merda n'avait pas, ce soir là, l'ordre ou la mission de te tuer, mais seulement de t'arrêter. De plus, la mine réjouie, il se vantera toujours d'avoir été ton assassin! «Colonel Baron de Méda», cela présente bien et vous donne peut-être une respectabilité aux yeux de gens superficiels mais, comme tu l'as déjà dit, cela ne change pas pour autant la nature de l'homme. Un Citoyen qui, comme Merda, commet un meurtre avec préméditation, restera pour toujours un assassin, d'autant que dans son cas, il y avait un facteur aggravant: en te visant, il tuait la Révolution! Et puis, la République sera mise «entre parenthèses». N'oublions pas qu'à l'emplacement où a été enseveli Louis Capet, il y a le square Louis XVI et, où tu as reposé, vers l'angle de la rue du Rocher, toi, le principal fondateur de la République, il n'y a rien. Drôle de République tout de même!

Maximilien, merci pour tout.

Salut et Fraternité et sache bien que ton meilleur tombeau, c'est les coeurs des vivants qui perpétuent ton souvenir et ton oeuvre.

Citoyen Adrien.
         
         

a>