Marine
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Penseurs et parcours politique

    Bonjour,

Je voudrais savoir quel penseur vous a beacoup influencé. Quel a été votre parcours politique de 1789 à 1794 ?

Merci!

Marine



Bonjour,


Je suis un brin étonné par votre question car mon «parcours politique» ne constitue point un secret et appartient entièrement au domaine public. Mon résumé sera bref. J'ai été de mai 1789 à octobre 1791 député de la province d'Artois à l'Assemblée dite constituante. Non éligible en 1791 pour la législature suivante, j'ai été nommé en juin accusateur public auprès du tribunal criminel de Paris par le département de ladite ville, de laquelle fonction j'ai démissionné en avril 1792 afin de me consacrer entièrement à une tâche plus importante que la poursuite du crime dans les affaires particulières, à celle de la défense de la cause de la liberté et de l'humanité entière. Au lendemain de la révolution du 10 août, j'ai été désigné par ma section pour la représenter au sein du Conseil général de la Commune de Paris, poste que j'ai dû quitter car j'ai été élu en septembre député de Paris à la Convention nationale où je siège jusqu'à ce jour et du Comité de salut public de laquelle assemblée j'ai l'honneur de faire partie.

Quant aux sources de mes idées politiques, elles sont également très connues car ce sont, je crois, les mêmes que pour un bon nombre de patriotes français. Personnellement moi, je n'ai jamais caché ma grande vénération pour Jean-Jacques Rousseau, ce sage divin et grand défenseur du peuple. Il m'a appris à mieux connaître la nature, l'homme et tout d'abord à me connaître moi-même. Aussi, comment pourrais-je oublier Mably dont les «Droits et devoirs du citoyen» sont une bible pour ceux qui veulent comprendre la république et la cité? Comment se passer de Montesquieu si l'on veut saisir l'esprit des lois? Comment pouvoir discerner les vraies bases d'un gouvernement et les sources véritables de tout pouvoir sans les «Traités du gouvernement» de Locke? Mais avant tout, nous avons tous grandi à l'époque heureuse des lumières, des philosophes de l'univers et des théoriciens de la liberté qui nous ont enseigné le respect de l'homme et de l'humanité, mais nous ont surtout incités à nous libérer de la domination des préjugés et des erreurs, de nous poser les bonnes questions et de nous servir de notre propre raison pour y trouver une réponse.

En espérant avoir éclairé à mon tour votre lanterne,

Salut et fraternité,


Maximilien Robespierre