Merda devenu Meda
       

       
         
         

Sarah Romanin

      Citoyen Robespierre,

Durant la nuit du 9 au 10 thermidor, au moment de l'offensive sur l'Hôtel de Ville, le gendarme Merda vous fracassa la mâchoire, d'une balle de pistolet. Cette action - par transsubstantiation révolutionnaire - se métamorphosa en un fait d'armes et elle autorisa Merda à caviarder le r vexant de son patronyme, ainsi qu'à accéder à un grade supérieur digne désormais d'un nom de famille soustrait à l'infamie. Que pensez-vous de ce Merda devenu Meda?

Sarah Romanin
         
         

Robespierre


 
Citoyenne,

Que me reste-t-il, sinon de m’écrier à l’antique «Ô tempora, ô mores»? Jugez donc aisément ce règne des brigands où un meurtre peut servir de raison pour une promotion et un garçon de 19 ans se vante et s’enorgueillit d’être un assassin! Jugez ces mœurs, lorsqu’on se croit anobli en arrangeant son nom, tandis que les mains sont pleines d’opprobre… Qu’il change de nom, peu importe, sa vraie nature ne change pas pour autant!