Sophie
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Mais que vous est-il arrivé?

    Bonjour Monsieur Robespierre,

À mon école, au cours d'Histoire, nous venons de finir la Révolution française. Evidemment, nous avons parlé de vous, der vos exploits. Vous étiez l'un des républicains qui voulaient faire disparaître la monarchie française pour installer une République. Mais j'ai appris par la suite que -veuillez m'excuser- vous deveniez fou. Car vous avez guillotiné tout le monde! Mais que vous est-il arrivé?

Je vous remercie d'avance, Monsieur Robespierre, de répondre à mes questions.

Sophie


Chère enfant,

Jusqu'à vous avoir lue, j'ignorais totalement ma prétendue folie, comme j'ignore certes ce que vos instituteurs vous narrent à l'école, mais ce que vous me racontez, me laisse bien
perplexe quant à leur propre lucidité. Car il va de soi que premièrement, «tout le monde» n'a pas été guillotiné, car v
ous êtes bien là, ma chère enfant, et pas que vous, et
deuxièmement, je suis las de le répéter, je n'ai aucun pouvoir de faire guillotiner qui que ce soit! Seul le tribunal révolutionnaire est compétent pour condamner quelqu'un à mort,
or il est généralement connu que je n'y suis ni juge, ni accusateur, ni juré.


Loin de moi pourtant, l'idée de nier mon soutien de la demande du peuple de porter la terreur au camp de ses ennemis, ni que bien de têtes en sont tombées, mais je trouverai plus
juste que l'on vous parle plutôt de la folie de ceux qui ont mis la république en péril de mort en l'attaquant du dehors ou en appelant à la guerre fratricide au-dedans, ou que l'on
évoque les crimes de ceux qui complotent pour la perte du gouvernement populaire et le massacre des patriotes, car cela expliquerait les mesures sévères prises pour le salut public
bien mieux que la manie d'un seul homme.


Je vous adresse, chère enfant, mes affectueuses salutations.

Maximilien Robespierre


Monsieur Robespierre,

Je vous remercie d'avoir répondu à mes questions. Mais j'en ai une autre: s'il n'y avait pas eu de révolution, pour vous personnellement, est-ce que cela aurait changé la vie des Français de maintenant?

Bien à vous.

Sophie


Chère Sophie,

Tu es déjà en âge de comprendre que s'il n'est guère possible de prédire même notre propre lendemain, il l'est encore moins pour l'avenir lointain au conditionnel d'un pays entier… Je ne saurai donc pas te répondre avec exactitude et certitude à cette question. Personnellement moi, je veux croire que même si, par un malheureux coup du sort, les événements de notre glorieuse révolution ne s'étaient jamais produits tels qu'ils l'ont été, le peuple français aurait tout de même secoué un jour le joug du despotisme séculaire et qu'il aurait recouvré sa liberté. Mais je crains d'imaginer le nombre des victimes que la tyrannie aurait écrasées avant ce jour béni, comme j'ignore quels sacrifices aurait coûtés au peuple sa liberté tardive et quels chemins tristes et obscurs l'y auraient conduit.

En espérant avoir répondu à tes attentes, je te prie d'accepter, chère enfant, mes affectueuses salutations.

Maximilien Robespierre