Judith
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Le rapport d'Amar

   

Citoyen,

Pardon pour mon français imparfait. Je l'étudie dans mon collège, mais les cours ne sont pas suffisamment intensifs. J'ai des questions de toute sorte, mais j'ai choisi celles qui frappent ma curiosité.

La première est sur le rapport d'Amar concernant l'interdiction des clubs des femmes. Je suis très offensée par la façon dont il dénigra notre intelligence, comme si nous n'étions pas capables de «conceptions hautes et de méditations sérieuses». Je connais une poignée de femmes (et beaucoup d'hommes aussi!) qui n'ont rien dans le crâne, mais je connais aussi beaucoup de femmes qui sont intéressées par les questions philosophiques les plus profondes et qui éprouvent le plus sincère amour pour la Liberté. Pourquoi se passer de leurs talents et leurs idées? Êtes-vous d'accord avec Amar ou le rapport vous laisse-t-il indifférent? D'ailleurs, que pensez-vous d'Amar et du Comité de sûreté générale? Vous n'avez rien dit de ce rapport et je voudrais connaître votre opinion.

Citoyen, j'espère ne pas vous importuner avec ces questions. Je vous salue.

Une citoyenne


Ma chère Citoyenne,

Je n’ai pas suivi de près, il est vrai, le rapport d’Amar dont vous me parlez. Je n’ai pas beaucoup d’estime pour lui ni pour certains de ses collègues du Comité de sûreté générale, même s’il faut lui laisser la liberté de penser ce qu’il veut. Excusez-le, Citoyenne: il ne parlait certainement pas de vous!

Mes salutations sincères et distinguées,

Maximilien Robespierre