Flore
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Le lieutenant de Bunnes

    Citoyen,

Un soldat, lors du procès de la reine, fut arrêté, le lieutenant de bunnes. Pouvez-vous me dire ce qu'il fut devenu, s'il vous plaît? Fut-il condamné ou libéré? Si vous ne le savez pas, savez-vous qui pourrait me renseigner à son sujet?

Flore



Citoyenne Flore,

Comme vous supposez juste. J'ignore ce qu'est devenu ce lieutenant de Bunnes et, comme j'ai déjà eu l'occasion d'expliquer maintes fois, je ne suis point en mesure de renseigner sur le sort de toutes les personnes détenues ou élargies. Afin d'obtenir ce genre de renseignements, il vaut mieux vous adresser au tribunal révolutionnaire ou, à plus forte raison, au comité de sûreté générale. Si vous pouvez justifier des raisons légitimes de votre intérêt, mes collègues du comité auront peut-être l'amabilité de satisfaire votre requête à loisir, ce dont, je vous préviens d'ailleurs, ils disposent peu, et à la condition que l'affaire de ce lieutenant ne soit importante au point d'imposer la nécessité d'être tenue au secret.

Avec mes salutations.

Maximilien Robespierre

Bonjour à vous, Citoyen,

Pourriez-vous me dire, s'il vous plaît, ce qui est arrivé au lieutenant de Bunnes, qui surveillait la reine à la Conciergerie avant d'être arrêté sur ordre de la Convention nationale? Je me suis dit que puisque vous en êtes membre, vous savez s'il a été relâché ou exécuté.

Il me semble que vous étiez partisan de l'acquittement des avocats de Marie-Antoinette. Je m'en réjouis mais j'en ai quand même été surprise. Pour quels motifs ont-ils été relâchés?

Vive la Nation

Bien à vous,

Flore

Bonjour, citoyenne Flore,

Comme j’ai déjà eu l’honneur de vous répondre l’année dernière, j’ignore le sort de ce lieutenant de Bunnes. La Convention Nationale reçoit quotidiennement plusieurs dizaines de lettres, d’adresses, de demandes, de pétitions; elle doit suivre les campagnes militaires de onze armées; nommer et destituer les généraux; surveiller la situation du pays à l’intérieur; être vigilante aux trahisons; sans oublier la nouvelle législation civile, les lois sur l’éducation; elle a seize comités pour vaquer avec succès à ces affaires, et, même en en étant membre, vous comprendrez, j’espère, que je ne puis être au courant de tout.

Quant aux avocats de l’ex-reine, il me semble qu’elle ait eu Chauveau-Lagarde et quelqu’un d’autre, et je n’ai pas entendu parler qu’ils aient été arrêtés. De toutes façons, elle n’a pas eu d’autres défenseurs que ceux nommés d’office par le tribunal, donc je ne vois pas pourquoi ils seraient inquiétés d’avoir fait leur métier -à moins qu’ils y aient mis un zèle tout autre que professionnel. Je crois avoir entendu dire que Chauveau a été soupçonné par les patriotes de sa section, mais qu’il s’est expliqué de manière bien satisfaisante.

Vive la Nation!

Maximilien Robespierre