Amélie
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Je t'admire citoyen!

   

Salut et fraternité, citoyen!

Je m'excuse pour mon français déplorable. Je n'ai que treize ans mais, déjà, je vous voue une grande admiration; j'admire tout autant les citoyens Saint-Just, Couthon et Lebas. Au départ, il m'a été très difficile de vous admirer, avec mon livre d'Histoire aux accents pro Dantonistes et mon professeur d'Histoire qui donne trop son opinion sur l'Histoire. Son amour envers les modérés ne m'importe que très peu. Quant aux livres qui se plaisent à modifier la réalité pour que je vous haïsse, vous ainsi que vos amis, ils manipulent les jeunes personnes et cela m'emplit d'une grande colère. Au départ, je vous haïssais, mais j'étais étrangement fasciné par Saint-Just. Je ne connaissais rien de la Révolution avant. Mais j'ai décidé de m'intéresser un peu à vous en lisant des biographies neutres; c'est chose faite, et ainsi je vous admire énormément. J'en suis heureuse, mais j'aimerais tant ouvrir un peu les yeux de mes amis qui sont juste aveuglés par leur admiration envers Desmoulins et Danton. D'ailleurs, j'écris un roman qui se passe durant la révolution, pour essayer de vous rendre votre véritable visage, et non celui d'un monstre sanguinaire.

En espérant que vous avez réussi à déchiffrer ma lettre, je vous salue, citoyen.

Amélie


Ma chère citoyenne,

Je suis naturellement flatté de susciter tant d’attention de ta part mais je voudrais juste te signaler que bien d’autres personnes sont plus dignes d’admiration que moi, comme les jeunes Barra ou Agricole Viala qui sont les vrais petits héros de notre temps, et pas beaucoup plus âgés que toi. Idem pour les grands hommes de Rome ou de Grèce, les frères Graccus, Brutus, Léonidas, Solon… Je te conseille vivement l’étude de l’histoire antique, car non seulement c’est une lecture passionnante mais si, toi et tes amis vous connaissiez mieux le courage, la force et la vertu des Anciens, vous sauriez bien mieux juger la grandeur ou la petitesse des hommes du passé et du présent.

Mes cordiales salutations, jeune citoyenne,

Maximilien Robespierre