Je suis montagnarde comme toi
       

       
         
         

Héloïse

      Bonjour Robespierre,

Je suis montagnarde comme toi mais heureusement que je suis en vie car tu m'aurais coupé la tête tu étais complètement fou.

J'ai beau être montagnarde je ne serais pas allée jusqu'à tuer Camille Démoulin quand même, je suis en 4ème et j'étudie en histoire. J'étais surprise de voir que tu avais ton meilleur ami d'enfance, enfin passons, je te remercie pour ce que tu as fait pour le peuple, j'ai juste une question: que regrettes-tu d'avoir fait dans ton parcours? (ne me dis pas rien c'est impossible.

Bisou, Héloïse
          
          

Robespierre

      Bonjour chère enfant,

C'est bien d'être montagnarde dans un âge si tendre. Ton message est émouvant même s'il pèche par quelque incohérence explicable par ton âge sûrement, car si j'étais «complètement fou», il n'y a pas de quoi me remercier à la fin. Par ailleurs, rassure-toi, à mon époque personne ne t'aurait coupé la tête; on ne condamne point une enfant de 14 ans à peine.

Tu t'interroges sur ce que je regrette d'avoir fait dans ma vie... Il y a dans la vie bien des choses à déplorer, chère Héloïse. Des choses que j'ai faites et d'autres que je n'ai pas faites. Des connaissances décevantes et celles que la vie ne m'a jamais laissé approfondir. Je n'ai pas franchi toutes les portes s'ouvrant devant moi, j'ai perdu tant d'amis chemin suivant.

Mais je veux te dire que si Dieu m'avait donné le miracle de renaître à nouveau, j'aurais choisi ma vie, aussi étrange qu'elle fût. Et si la vie m'avait mis dans les mêmes situations, je me serais conduit de même. Dans un sens je n'ai aucun regret ni honte pour mes actes conscients, étant donné ce que je suis, j'avais agi en accord avec ma conscience. Seulement, j'aurais préféré de ne jamais me retrouver dans certaines situations, de ne jamais avoir de décisions aussi lourdes à prendre. Comme tout un chacun, j'aurais souhaité ne jamais enterrer d'êtres chers, ne jamais connaître le goût de la trahison, ne jamais avoir à juger mon semblable.

Quand tu grandiras, chère enfant, tu comprendras que le parcours d'un homme ne se fait point sans erreurs et sans peines. Pour l'instant, consacre-toi bien à tes études en histoire, et surtout en français. Bonne chance,

Maximilien Robespierre