Anast'
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Dictature

    Cher Maximilien de Robespierre,

Je voulais tout d'abord vous dire que je vous ai un peu étudié au collège avec ma professeure d'histoire. Elle nous a dit qu’on appelait votre règne le règne de la terreur car alors vous faisiez décapiter tous les gens qui s'opposaient à vous. Je voudrais en savoir un peu plus sur votre règne.

Merci d'avance,

Anast'


Chère enfant,

Hélas, je n’aurai pas grand’ chose à te raconter sur «mon règne»… Et pour cause: en effet, je n’ai jamais régné, ce privilège étant réservé aux rois. Or, nous nous félicitons de vivre dans une république. Je m’étonne que votre professeur d’histoire ignore cette vérité si communément connue pourtant. Je crains aussi que cette dame vous ait conté bien d’autres niaiseries, comme celle voulant que je fisse décapiter tout opposant. J’ai déjà maintes fois expliqué, et tu le verrais si tu te donnais la peine de prendre connaissance de quelques-unes de mes interventions, qu’il est de mon devoir patriotique de démasquer et de combattre tout criminel et tout ennemi du peuple et de la République (en quoi il est obligatoirement mon opposant, j’en conviens volontiers), mais il n’est guère de mon ressort de faire décapiter qui que ce soit. J’espère que tu saisis la différence certaine qui existe entre ces deux actions. Je souhaite certes, de tout coeur, que la République puisse s’assurer de tous les contre-révolutionnaires qui aspirent à sa perte, mais je laisse la justice révolutionnaire s’en charger et suivre librement son cours.

Chère enfant, je compte donc bien sur toi pour combler quelques lacunes de l’érudition de votre instituteur, car il est grandement dommage qu’une personne ignorante se croie à même d’enseigner aux autres. Aie l’obligeance de bien vouloir lui dire que je reste à son entière disposition pour lui expliquer bien des choses que visiblement elle ne saisit guère.

Salut et fraternité!

Maximilien Robespierre