Samy
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Comment osez-vous?

   

Monsieur de Robespierre,

Si nous avons décidé de correspondre avec vous, sachez que cela n'est point par plaisir, bien au contraire. Cependant, le récit de vos actes criminels étant arrivé à nos oreilles, nous nous trouvions dans l'obligation de vous escrire. Comment osez-vous, Monsieur, vous révolter contre vostre roi! Comment osez-vous trahir sans remord, sans regret, sans peur! Sachez seulement que vous figurez parmi nos sujets, et que vostre rôle est seulement de respondre à tout ce que nous vous ordonnons.

Ceci dit, Monsieur, nous Samy, par la grâce de Dieu, Duc de Bourgogne, baron de Bellelys, ambassadeur de France à la porte ottomane, vous ordonnons de vous diriger en Corse où nos soldats vous attendent et où vous serez emprisonné sur le champ. Si vous refusez cette grâce, vous serez guillotiné ainsi que vos semblables le 28 Juillet de cette année à Paris, Place de la Révolution. Dieu est témoin de vos crimes ainsi que de votre impiété.

Samy, duc de Bourgogne, baron de Bellelys.


Monsieur,
 
Si je puis vous donner un conseil, il existe près de Paris, un lieu charmant, que Dieu même vous semble vouloir destiner. Ce lieu s’appelle la maison de Charenton. Ses murs vous donneront asile et assistance sans faille. Qui plus est, la solitude vous y sera épargnée car vous vous y retrouverez en la société agréable d’autres aliénés d’esprit, vos semblables.
 
Ne tardez pas à vous y rendre, par amour de Dieu et de l’humanité entière.

Maximilien Robespierre