Lucas
écrit à

   


Maximilien de Robespierre

     
   

Barère de Vieuzac

    Citoyen,

Ne vois-tu pas que Barère complote contre toi et la révolution? Cet aristocrate joue double jeu. En apparence contre les aristocrates, dont il est l'un des plus vils représentants, ce personnage infâme, payé par Pitt, et qui ne cesse d'accroître ses biens aux dépens du peuple, va te trahir et pousser la révolution au suicide.

Incorruptible, réveille-toi! Ta tête ne va pas rester longtemps sur tes épaules. Ne comprends-tu pas que nombreux sont ceux parmi tes anciens amis qu'il a envoyés à la guillotine? Danton n'était pas si mauvais: il croyait en la république; Desmoulins était innocent, etc. Il n'a pas hésité également, sur les ordres de Pitt, à assassiner Louis XVI pour que Charles 1er ne reste plus une exception en Europe, et en même temps à venger le soutien du roi à l'indépendance des 13 colonies anglaises d'Amérique, fondant par là l'Amérique. Réveille-toi, citoyen, ne reste pas inerte!


Citoyen,

En voilà un avertissement étrange où la bonne volonté côtoie l’aveuglement le plus parfait. Je te remercie pour ton appel à la vigilance, encore que je n’ai jamais méprisé la méfiance et je me crois être le plus pessimiste de mes collègues. Toutefois, les accusations que tu avances contre notre collègue du Comité, sont très sérieuses; en aurais-tu des preuves? Si oui, je t’invite à en faire part sans plus tarder au Comité de Sûreté générale qui saura démasquer le traître et déjouer son complot; sinon, tes affirmations ne seraient que des calomnies.


Vive la République!

Maximilien Robespierre