Retour en page d'accueil de Dialogus

Michel Brune
écrit à
Maximilien de Robespierre
Maximilien de Robespierre


La France Moderne


   

Citoyen,

Vous étiez vraiment un personnage important de la Révolution française. Je vous prie donc de bien vouloir me faire savoir vos pensées sur la France moderne. Comment trouvez-vous la France de maintenant? Représente-t-elle les idéaux de liberté, d’égalité, et de fraternité? Plus spécifiquement, y a-t-il, selon vous, des personnalités qui, dans l’histoire de France, vous ont suivi et ont-ils représenté les idéaux de la Révolution?

Je vous prie d’agréer, Monsieur Robespierre, l’assurance de ma considération distinguée,

Michel Brune


Citoyen,

Vous comprenez, j'espère, qu'il ne m'est guère possible de vous soumettre une opinion tant soit peu sérieuse sur la condition de la France à votre époque, ni sur les personnes qui vivront après moi… Convenez que quelques épars renseignements et quelques avis contradictoires que j'aurais pu recueillir auprès de la communauté de Dialogus, n'auraient guère suffi à en former une idée juste.

Mais rassurez-vous, Citoyen, vous n'aurez certes pas besoin de moi pour trouver la réponse à votre question, car votre propre sagesse vous suffira pleinement. La liberté, l'égalité et la fraternité n'ont rien de métaphysique ni d'utopique, ce sont des notions très concrètes au contraire! Demandez-vous donc si les Français de vos jours sont libres, c'est à dire, s'ils ne sont point dominés et qu'ils n'obéissent qu'aux lois à l'élaboration desquelles ils ont participé, si le gouvernement y est responsable devant le peuple et soumis à la surveillance étroite de ses représentants. Demandez-vous s'ils sont égaux, c'est-à-dire que la loi est la même pour tous, et que les citoyens attachent au respect des droits des autres autant d'attention qu'ils attendent pour leurs propres droits. Enfin, demandez-vous si l'amour fraternel règne entre les citoyens, c'est-à-dire qu'ils respectent les droits de la nature et de l'humanité entière, qu'ils n'oublient jamais qu'il n'a pas un seul parmi eux, où qu'il vive, dont la vie soit moins précieuse que celle des autres. Je veux croire que vous avez répondu affirmativement à ces questions, et que les idéaux de la Révolution sont donc mis en pratique. Il vous sera alors facile de parcourir l'histoire de notre pays et d'y reconnaître les vrais défenseurs de la liberté et des droits sacrés de l'homme.

Je vous prie de recevoir, Citoyen, mon salut fraternel, et je reste votre dévoué serviteur et concitoyen,

Maximilien Robespierre

************************Fin de page************************