Retour en page d'accueil de Dialogus

Nada
écrit à

Arthur Rimbaud


Y a-t-il une révolte cachée derrière?


   

Monsieur Rimbaud,

Si j’ose vous écrire aujourd’hui, c’est en raison de votre talent de poète. En avril dernier, en me promenant dans une ruelle parisienne, j’ai vu une affiche publicitaire qui vantait votre poésie; c’est ce qui m’a encouragée à vous écrire. Avant cela, j’ai étudié vos poèmes afin de mieux les comprendre et de mieux vous connaître. Un en particulier m’a beaucoup touchée, «Le dormeur du val». Je sais que vous y exprimez un sentiment de colère, vous êtes en révolte contre la guerre. Ce poème a eu beaucoup de succès. Quand je l’ai compris, j’ai réagi face au problème de la guerre: tant d’innocents tués pour des bouts de terre ou pour du pétrole! Des enfants, si jeunes, avec des armes… Quelle cruauté! J’ai remarqué que vous aviez écrit plusieurs poèmes dans lesquels vous exprimiez votre révolte: «Le dormeur du val» contre la guerre, «L’orgie parisienne ou Paris se repeuple» contre le pouvoir, «Les premières communions» contre le clergé… Pourquoi la guerre vous révolte-t-elle? Qu’est-ce qui vous a amené vers la poésie quand vous étiez jeune? Y a-t-il derrière chacun de vos poèmes une révolte cachée? Je voudrais que vous répondiez à mes questions car j’aimerais vraiment mieux vous connaître.

Je vous remercie d’avoir lu cette lettre et de prendre le temps d’y répondre.

Nada, élève de quatrième C au collège Michelet à Saint-Ouen, dans le cadre d’un projet scolaire.


Chère mademoiselle,

Je suis surpris de lire que ma poésie fait l'objet de publicité! J'avais demandé à ce qu'elle disparaisse, mais apparemment on ne peut faire confiance à personne... J'ai répondu plusieurs fois à cette question sur ma «vocation» de poète: c'est la liberté de la poésie qui m'a séduit, ainsi que la possibilité de jouer avec le langage.

Vous me demandez pourquoi la guerre me révolte; il me semble que la réponse coule de source, et même que vous la connaissez déjà: comment ne pas se révolter devant ce qui est absurde et injuste? La mort d'un jeune homme est d'autant plus cruelle qu'elle ne sert à rien et que le monde ne s'arrête pas de tourner pour autant.

Votre dernière question est plus délicate car il faudrait que je me remémore tous mes poèmes. Les premiers étaient incontestablement révoltés, du fait de l'atmosphère délétère et étouffante de ma ville natale. Mais les suivants sont plus positifs et n'ont pas forcément été écrits CONTRE quelque chose, mais POUR exprimer un sentiment ou une idée. Avez-vous l'impression de mieux me connaître?

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************