Retour en page d'accueil de Dialogus

Léa 
écrit à

Arthur Rimbaud


Votre vie (2)


   

Quelle était votre maladie?

J’adore ce que vous avez écrit!

Répondez-moi vite.


Pouvez-vous me raconter le déroulement de votre vie, je dois en faire un exposé!!
Merci d’avance.


Chère mademoiselle,

Mes sentiments vis-à-vis de mon père sont partagés. Sa mort efface bien des torts, mais je regrette profondément de n'avoir pu lui parler davantage de son vivant et de ne pas l'avoir connu, même s'il est vrai que je n'ai jamais cherché à le retrouver.

J'ai eu avec mon frère et mes sœurs des relations fraternelles, avec tout ce que cela peut impliquer de fluctuations, de tendresse et de chamailleries.

Ma relation avec Verlaine a évidemment été plutôt mal vue, notamment par la femme de ce dernier et ma propre famille. J'étais tellement dans la provocation à cette époque que je ne peux pas dire avoir réellement souffert de la vindicte publique. Laissons parler les imbéciles, laissons-les rire, aussi, ce qu'ils n'ont pas manqué de faire lorsque Paul m'a tiré dessus. J'en ai éprouvé de la colère, mais surtout beaucoup de tristesse. Cela fait partie de mes grandes déceptions, avec le spectacle du «patrouillotisme» de mes contemporains.

Oui, je regrette beaucoup de ne pas avoir de fils et de ne rien avoir à lui laisser. Si je devais revivre ma vie, je ne suis pas sûr de refaire ce que j'ai fait: je sais maintenant combien il est vain de courir après la gloire et le changement, combien l'immobilisme et la glaise du sol vous tirent vers le bas. Serais-je capable cependant de m'ancrer quelque part? Je l'ignore.

J'aimerais passer ma dernière journée à marcher, marcher encore dans le soleil, jusqu'à ce que je tombe d'épuisement.

Merci pour vos intéressantes questions.

Bien à vous,

Rimbaud
************************Fin de page************************