Retour en page d'accueil de Dialogus

Christy
écrit à

Arthur Rimbaud


Une simple fascination


   

À vous, cher poète.


Je voulais tout d'abord m'épancher sur un brouillon et en parfaire les moindres mots afin de rendre mon message agréable à lire. Mais quoi de mieux que de vous diriger directement mes sentiments sans chercher à les polir?

Je n'ai pas de question particulière, pas d'information à demander. Je suis simplement une énième contemplatrice de votre œuvre, à ajouter à une longue liste déjà présente depuis des années. J'ai découvert à l'âge de dix ans vos premiers poèmes, et n'ai cessé depuis de me passionner pour votre talent. Pour les émotions, les voyages, les mots, les sentiments que vous nous offrez. Du haut de mes modestes dix-sept ans, je vous écris avec une pure sincérité, un respect sans fin pour votre talent. Alors que mon examen oral du baccalauréat de français approche, j'espère de tout cœur avoir la chance d'être interrogé sur l'un de vos textes et avoir la possibilité de défendre de mieux que je peux un artiste éternel.

Bien à vous,

Christy.


Chère mademoiselle,


Si j'avais eu à ma disposition les mêmes outils que vous, moi aussi j'aurais écrit à mes poètes préférés... Je l'ai fait, d'ailleurs, mais à la plume, pas au clavier! J'aime beaucoup recevoir des courriers comme le vôtre, car les doutes qui m'assaillent s'éloignent quelque peu et je me dis que je n'ai peut-être pas rien fait de ma vie.

Je vous souhaite bon courage pour votre baccalauréat de français!

Bien à vous,

Rimbaud


Cher Rimbaud,

Mon baccalauréat de français est terminé. Je n'ai malheureusement pas eu la chance d'être interrogée sur l'un de vos textes. Soit, pour moi ce fut un extrait de «Madame Bovary» de Flaubert, votre contemporain. Je ne sais si vous aimez cette œuvre, ni même si vous l'avez lue... En tout cas, les examens sont finis pour moi, j'attends maintenant les résultats.

Ne doutez jamais de votre œuvre et prenez soin de vous.

À bientôt, quelque part.

Christy


Chère mademoiselle,

J'espère que Flaubert vous a inspiré... Pour moi, j'ai surtout lu des poètes, les romans ne m'intéressent que peu. Je les trouve trop proches du réel à mon goût, je préfère ce qui me permet de m'évader davantage, de m'élever.

Avez-vous eu vos résultats?

Bien à vous,

Rimbaud


Cher Rimbaud,

Avec les vacances arrivées, je vais pouvoir m'adonner à des heures de lecture, tâcher de découvrir des auteurs dont les œuvres sont pour moi encore peu ou mal connues. Ainsi, je me tourne d'abord vers vous: un poète vous a t-il marqué plus que les autres? Je vais également apprendre davantage la langue espagnole en partant quinze jours dans ce pays.

J'ai reçu mes résultats aujourd'hui. Je suis peu satisfaite, surtout face à vous! J'ai obtenu la note de 14/20 à l'oral comme à l'écrit de français. Des épreuves m'attendent encore l'année prochaine, je tâcherai d'obtenir meilleure satisfaction.

Mais je parle de ma vie, et je crains que cela ne vous ennuie. Je m'arrête ici.

Au plaisir de vous lire.


Bien à vous,

Christy


Chère mademoiselle,


Votre vie ne m'est pas du tout indifférente. J'aime à revivre un peu mes années de lycéen dans les lettres comme les vôtres. Il est vrai que j'étais bon élève (quoiqu'indiscipliné), mais je n'ai eu que peu de mérite, mon époque n'offrant pas les mêmes tentations que la vôtre!

Parmi les poètes qui m'ont marqué, je pourrais vous citer Hugo («Les Châtiments», mais aussi «Les Misérables», un vrai poème!), Théophile Gautier, Leconte de Lisle, mon bon ami Verlaine, mais surtout Bauldelaire, le roi des poètes pour moi. Lisez ou relisez donc «Les fleurs du Mal», tout est là.

Je vous souhaite de bonnes vacances, j'espère que vous profiterez de votre voyage, il n'y a rien de tel pour mûrir!

Bien à vous,

Rimbaud


Cher Rimbaud,

Me voilà de retour de la belle Barcelone. Avez-vous connu l'Espagne?

Ce furent deux semaines merveilleuses, à la découverte totale de cette grande ville. Et de moi-même aussi. J'y ai rencontré des personnes formidables, de nationalités diverses et variées, je pense notamment à l'Italie, la Russie, la Suède, la Chine... L'expérience fut courte mais très riche humainement.

J'ai bien pensé à vous puisque dans mes valises se trouvait un exemplaire des «Illuminations». La poésie, les amis et la découverte rythment mon été.

Je vais relire «Les fleurs du Mal».


Bien à vous,

Christy


Chère mademoiselle,


Hélas, non, je n'ai pas eu le temps de visiter l'Espagne. J'ai croisé au large de Gibraltar, qui n'est qu'à peine espagnole... Mais vous avez raison de voyager, il n'y a que comme cela que l'on apprend vraiment et que l'on s'enrichit.

Bonne lecture et bonne rentrée. Qu'allez-vous faire l'an prochain?

Bien à vous,

Rimbaud


Cher Rimbaud,

Vous me dites que j'ai raison de voyager, ces mots venant de vous me rassurent. Certaines personnes tentent de me dissuader, me suggèrent de ne me concentrer que sur mes études. Mes études se portent bien, et c'est maintenant, avec mes yeux d'adolescente, que j'ai envie de découvrir ce qui m'entoure. L'été prochain, j'espère pouvoir partir en Argentine. L'Amérique latine m'attire tant! Alors j'économise, et tente de trouver des petits travaux...

Je reprend les cours jeudi matin. C'est ma dernière année au lycée, en littérature. J'espère avoir de bons professeurs. Quant à ma classe, je ne m'inquiète pas. Je devrais retrouver les élèves de l'année passée, qui sont de très agréables camarades. Aux alentours du mois de mai, je passerai le concours d'entrée de l'école d'infirmières. C'est un métier qui, par la suite, me permettra d'aider les populations que je serai, j'espère, amenée à rencontrer dans mes voyages.

Les rêves d'adolescents...

J'espère que vous allez bien, mon cher Rimbaud.

Bien à vous,

Christy


Chère mademoiselle

Il y a bien des façons de faire des études... Le «terrain» n'est pas la moins intéressante, bien au contraire !

Je trouve très beau votre volonté d'allier littérature et médecine. Les mots devraient accompagner tout le monde, et surtout peut-être (excusez ce jeu de mots lamentable) ceux qui soignent les maux. Ils doivent bien avoir besoin de réconfort de temps en temps.

Je vous souhaite une bonne rentrée scolaire, profitez de ces années estudiantines qui sont, souvent, les plus riches, quoiqu'on ne s'en rende pas toujours compte à cet âge...

Bien à vous

Rimbaud


Cher Rimbaud,


Cet aprés-midi, attablée dans un café, je lisais une nouvelle fois vos poésies. Le temps est gris aujourd'hui, la pluie bat fort. Tableau assez pathétique, non? Moi, ce temps me fascine.

J'étais en vacances pour quelques jours, les voilà qui se terminent. Tout cela file si rapidement. D'un jour à l'autre, tout est susceptible de se transformer. À nous de faire que le changement soit positif. Mes cours se passent très bien, je découvre la philosophie. Mais je me sens parfois un peu oppressée dans ce monde étudiant. Toujours ce même appel des grands espaces. Ou du moins de nouveaux espaces.

Rien de plus, rien de moins. Une envie de vous écrire.

Bien à vous,

Christy


Chère mademoiselle,


Vous décrivez un climat que je vomissais étant jeune, mais après lequel aujourd'hui je soupire, sous mes latitudes étouffantes. Un ciel gris semble propice à l'inspiration, il n'y a qu'à relire Baudelaire pour s'en rendre compte.

Qu'est-ce qui vous oppresse dans le monde étudiant? La foule? Le jugement des autres? Ou simplement le fait de chaque jour retourner au même endroit? Je pense que, telle que je crois vous connaître, la philosophie vous enrichira beaucoup. Le tout est de tomber sur un professeur intéressant, et heureusement, il y en a!

Bien à vous, au plaisir de vous lire,

Rimbaud


Cher Rimbaud,

Latitudes étouffantes, dites vous. Ne serait-ce pas le moment de respirer? Sans une once de rébellion, le jugement des autres m'importe peu. J'ai appris progressivement à vivre pour moi et les gens qui me sont chers, laissant de côté les complications inutiles. Non, je dirais plutôt qu'en effet l'aspect routinier des heures de classe commence à me lasser. J'ai hâte de découvrir ce qui m'entoure réellement. Mais ce qui m'étonne le plus, c'est la mentalité de mes camarades, l'immaturité dont certains font preuve. Je n'ai bien sûr pas la prétention de me considérer comme totalement réfléchie, j'ai évidemment des moments où je m'amuse comme une petite fille, où rien n'a d'importance, mais bien souvent l'immaturité de certains me surprend. Ils semblent exempt de toute sensibilité, se morfondant sur eux-mêmes, oubliant de voir plus loin. Mais je me sens bien critique tout à coup...

Votre remarque sur la philosophie est appréciable, je vous remercie. J'ai en effet la chance d'avoir en cours une professeure intéressée et surtout, intéressante. Elle n'évite aucun sujet avec nous, n'élude aucune question. Nous verrons au fur et à mesure ce que l'année nous réserve...


Bien à vous,

Christy

************************Fin de page************************