Retour en page d'accueil de Dialogus

Eva, Maëva, Barbara, Manuela 
écrivent à

Arthur Rimbaud


Remarquable !


   

Nous avons étudié votre vie qui est très passionnante. Vous êtes un poète remarquable! Nous aimons beaucoup votre façon d'écrire: la nature, votre passion pour le voyage, votre liberté, votre façon de dénoncer la guerre et cette façon que vous avez d'exprimer votre vie dans vos poèmes!

Nous voudrions savoir: combien de temps mettiez-vous à écrire un poème? Votre homosexualité a-t-elle été dure à annoncer à vos proches? Comment arriviez-vous à vivre dans la nature?


Mesdemoiselles,

Je n'ai jamais calculé le temps mis pour écrire un poème. Selon le thème de celui-ci, sa forme, la mienne au moment de l'écriture, je suppose que les variations sont immenses. Par exemple, j'ai un net souvenir d'avoir peiné sur ma «Saison en Enfer», alors qu'il ne me reste qu'une impression de grande facilité pour mes premiers poèmes. Le contexte doit également y être pour quelque chose: le sentiment de liberté de ma jeunesse est évidemment plus propice à l'écriture que l'échec ressenti plus tard.

Je n'ai pas eu, comme je l'ai déjà écrit (s'il vous plaît, lisez les messages précédents!) à annoncer mon homosexualité; cette mode appartient à vote temps. Ce fut une évidence qui s'est imposée à moi et que les autres ont bien dû accepter, pas toujours aisément, j'en conviens.

Quant à la vie dans la nature, je suis d'un temps où les villes n'étaient pas encore omniprésentes, et où la nature était familière et accueillante à l'homme. Il suffit de connaître les bons arbres fruitiers et de pratiquer un peu la maraude, de ne pas avoir peur de dormir en plein air et d'avoir le ventre creux.

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************