Paul
       

       
         
         

Romain

      Je me suis toujours demandé comment tu avais pu éprouver une telle passion pour Paul, il n'écrivait pas si mal peut-être, mais qu'il était laid! qu'il était vieux par rapport à toi! Qu'est-ce qui t'a poussé dans ses bras?

Merci de m'éclairer sur ce point si ta pudeur ne t'en empêche pas.

Sincèrement,

Romain

 

       
         

Arthur Rimbaud

      Mon cher Monsieur,

Je n'aime pas évoquer cet aspect de mon passé. Je n'ai jamais voulu en parler, et je n'éprouve aucunement le besoin de justifier mes choix.

Je ne dirai qu'une chose: à cette époque, Paul m'a paru le seul capable de comprendre et d'apprécier ma vision de la poésie.

Je vous salue.

Rimbaud
         
         

Romain

      Cher poète,

Je ne vous blâme pas, et serais même bien mal placé pour le faire. Je cherchais juste à saisir comment un être aussi sensible à la beauté que vous a pu aimer intellectuellement et physiquement un homme aussi laid que Monsieur Verlaine. Vous allez me trouver bien sot j'en suis conscient et allez me retourner l'argument délavé de la sainte beauté intérieure. La raison parlerait ainsi, j'en suis conscient, mais je lutte à pouvoir dissocier la beauté extérieure des choses à la beauté intérieure et souffre à la vision d'un beau corps sur un autre flétri et ingrat. C'est stupide je le sais et j'essaie de me convaincre chaque jour que cette idée est à la fois absurde et injuste mais qu'y faire, elle est en moi comme un cancer indestructible.

Bien à vous.
         
         

Arthur Rimbaud

      Cher Monsieur,

Vous vous égarez!

Je me suis encrapulé avec Verlaine. J'avais un but et une méthode. Il avait pour lui d'être installé dans la vie, d'être un poète reconnu, de connaître le milieu auquel je me destinais et surtout, de me prêter un certain talent. Il fut mon pitoyable frère et mon compagnon d'enfer dans une vie pleine de blâmables excès. Ma sale jeunesse! J'ai effacé tous ces souvenirs immondes. Je suis parti.

Bien à vous,

Rimbaud
         
         

Romain

      Cher poète,

Vous semblez tout regretter. Il ne vous reste donc aucun souvenir qui puisse vous être agréable.
         
         

Arthur Rimbaud

      Si, les excursions dans la campagne ardennaise de mon enfance, l'aube d'été et le coucher du soleil sur la mer, l'odeur des soirs de juin et de la terre mouillée après l'orage.

Bien à vous,

Rimbaud