Retour en page d'accueil de Dialogus

Anonyme
écrit à

Arthur Rimbaud


None


    Dearest Arthur,

Votre bien-aimé vous a tiré dessus avec la ferme intention de vous tuer.

Maintenant, je me demande seulement… votre cancer n’a-t-il pas été causé par l’avance de la balle même qui vous a touché?


Mademoiselle,

La balle de Verlaine m’a atteint au poignet. Je vois mal comment cette blessure peut causer des douleurs au genou, si tel est bien le cancer auquel vous faites allusion.

Bien à vous,

Rimbaud
************************Fin de page************************