Retour en page d'accueil de Dialogus

Lisa-Marie
écrit à

Arthur Rimbaud


Mon nouveau poème


   

Cher ami,

Pardonnez-moi cette longue absence ... Je me suis rappelée que vos distractions à Harare se font parfois rares. Pendant un bon moment, ma tête fut bien occupée. Mais assez de mon bavardage! Voici un nouveau poème que j'ai écrit la semaine passée. Ce n'est que gribouillis... Vous pouvez me critiquer... C'est à quoi je m'attends en fait. Me conseilleriez-vous de faire lire mes poèmes à mon professeur bien qu'il ne soit pas poète? Il est un passionné de poésie...

Voici pour vous mon poème:

Que de mots...

Vieux rêves sur papiers jaunis...
Feuilles cassantes , toutes friperies...
Consonnes et voyelles de tristesse,
écrites par des larmes de jeunesse.
Espoir autrefois acquis maintenant emporté
Souvenir douloureux d'une réalité, une vie inventée.
Autres moi, je suis moi
Soleil et lune sans lumière
Petites lumières blanches, âmes vagabondes
Que de grisailles et de batailles...
me laissant chaque fois de petits bouts de verres... La vie? 
Douleur qui s'inspire et s'enivre...
Encore et encore... d'un cœur qui pleure et d'une âme blessée
et inventée?

Ce poème est encore en construction, je n'ai aucun style en particulier. .. Mais laissez-moi savoir ce que je pourrais améliorer... Ce poème résulte de ma jeunesse...

Bien à vous,
 
Lisa-Marie


Chère Mademoiselle,

Je vous prie à mon tour d'excuser mon long silence. J'ai eu fort à faire, et je souhaitais prendre le temps de lire votre poème: je sais d'expérience combien les remarques constructives sont importantes pour les jeunes poètes...

Votre texte a de nombreuses qualités, notamment les images. J'aime beaucoup les «voyelles de tristesse», vous vous en doutez, de même que vos «petits bouts de verre» (de vers?). Je dirais que le milieu de votre poème est plus faible que le reste, moins clair: soleil, lune, batailles, grisailles... C'est plus «facile», si vous me pardonnez cette expression: vous avez un bon début («toutes friperies», c'est très joli!) et le rythme de la fin est très intéressant, mais le milieu part un peu dans tous les sens et c'est dommage. Je sais bien que la jeunesse est souvent une période confuse et sombre, mais les vers sont meilleurs quand ils ne le sont pas, eux.

J'espère que vous me pardonnerez ce que mes remarques peuvent avoir de brusque, je vis un peu en ours, dans le Harare, et ne sais plus bien faire preuve de tact. En tout cas, continuez à écrire, et à m'écrire.

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************