Retour en page d'accueil de Dialogus

Michaelle
écrit à

Arthur Rimbaud


Mon admiration


    Lundi 19 novembre 2007,

Cher Arthur,

Vous êtes un poète de renommée mondiale, il y a une sorte de mélancolie dans la manière dont vous écrivez. Au fait, je me présente: je m’appelle Michaelle Orleans, Orleans comme la ville. Eh oui, je suis une fille et j’aime tout ce qui est poétique. Ce que j’aime bien chez vous quand vous écrivez vos poésies, c’est que vous vous inspirez de faits réels. Moi je fais aussi quelques constatations sur la race humaine: par exemple, l’Homme est incapable de régler ses problèmes sur Terre et veut aller sur la Lune! Qu’en pensez-vous?

Au fait, vous savez, Arthur, on dit de vous que vous êtes grand, bien bâti, presque athlétique, que vous avez un visage parfaitement ovale d’ange en exil avec des cheveux châtain clair et des yeux d’un bleu pâle inquiétant. J’ai vu une photo de vous, je pense que vous aviez du succès auprès des filles mais je pense que c’est à sens unique.

Sur ces mots je vous quitte et je vous dis à bientôt,

Michaelle Orleans
élève du collège Michelet


Chère mademoiselle,

Je suis ravi de constater que la poésie intéresse toujours les gens à l’époque où vous m’écrivez. Je partage votre opinion sur la race humaine, dont les efforts semblent souvent tellement dérisoires. Mais sans un but, sans un rêve, et après tout, pourquoi ne pas marcher sur la Lune, l’existence ne vaut pas d’être vécue.

Oui, j’ai eu du succès auprès des filles, et ça n’a pas toujours été à sens unique, j’ai eu mes petites amoureuses comme tous les jeunes gens de mon âge. Mais je vous assure que j’ai bien changé depuis la photographie à laquelle vous faites allusion: je suis toujours grand, mais la chaleur du désert m’a desséché et amaigri, et je fais peine à voir, même à moi-même...


Au plaisir de vous lire, mademoiselle.

Bien à vous,

Rimbaud
************************Fin de page************************