Retour en page d'accueil de Dialogus

Clotilde
écrit à

Arthur Rimbaud


«Ma bohème»(2)


   

À Nailloux, le 6 juin 2012


Cher Arthur Rimbaud,

Il y a quelque temps, j'ai lu une de vos poésies, «Ma bohème», que d'ailleurs j'adore. Elle me fait rêver. Ce n'est pas souvent qu'une personne ose partir et être libre sans rien laisser derrière elle. J'aimerais tellement pouvoir découvrir de nouveaux horizons sans me retourner.

Figurez-vous qu'aujourd'hui, un chanteur d'une trentaine d'années, Raphaël, a écrit une chanson dont le thème est similaire à celui de votre poème et qui s'intitule «Sur la route». Ces deux œuvres se rejoignent car la chanson évoque le voyage et la pauvreté: «Traverser la vie sans billet de train» comme votre poème: «Je m'en allais, les mains dans mes poches crevées». Qu'en pensez-vous?


Sincères salutations,

Clotilde


Chère Mademoiselle,


Je suis heureux de vous avoir fait rêver, d'autant que ce poème me rappelle certains jours de liberté et de bonheur. Mais peut-être que pour pouvoir partir sans se retourner, il faut ne rien avoir à perdre derrière soi. La vie chez ma mère n'avait à coup sûr rien de bien attrayant.

Je ne connais pas le chanteur dont vous parlez, mais aujourd'hui que je suis plus avancé en âge, je suppose que tous les jeunes gens rêvent de nouveaux horizons, ont la bougeotte. Vous voyez que ce désir ne m'a pas quitté.


Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************