Retour en page d'accueil de Dialogus

Stéphanie 
écrit à

Arthur Rimbaud


Lettre à un jeune poète


   

Mon cher Arthur,

Mes élèves t'apprécient beaucoup, car tu as vécu les mêmes vicissitudes que les leurs, et que tu en as fait matière à poésie.
 
Crois-tu que la poésie est avant tout une musique? Comment vient-elle à toi? Par quels sens la perçois-tu? Comment transformes-tu ce que tu perçois en paroles?

Une admiratrice


Chère Mademoiselle,

J’aime beaucoup votre question qui me renvoie des années en arrière. Oui, la poésie est pour moi «de la musique avant toute chose», pour ne pas citer un autre poète, mais ma musique n’est peut-être pas celle des autres. J’ai voulu briser le carcan rythmique et mélodique de la poésie traditionnelle, et j’aurais voulu permettre à chacun de créer sa propre musicalité.

La musique est partout, il suffit de s’ouvrir au monde qui nous entoure. Les couleurs ont leur musique et inversement les notes ont leur couleur (les voyelles aussi...). L’immense Baudelaire avait raison lorsqu’il écrivait que «les parfums, les couleurs et les sons se répondent», il faut «juste» un peu de sensibilité. Ce n’est pas donné à tout le monde, hélas. Après, pour retranscrire ces impressions en mots, j’ai envie de vous dire qu’il faut travailler, même si l’on peut parfois avoir des fulgurances. Certaines substances peuvent aussi y aider, mais elles sont à manier avec précaution, de peur de se retrouver dans la fange au réveil...

Je vous souhaite beaucoup de bonheur avec vos élèves.

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************